rss search

next page next page close

Offre d’emploi, du vrac et de l’incongru

Offre d’emploi, du vrac et de l’incongru

Quand tu te lances à la recherche de ta prochaine mission freelance, tu arpentes les allées de l’emploi classique et les plateformes dédiées aux indépendants pour essayer d’y dénicher ton prochain client ou le job de tes rêves. J’avais oublié ce qu’était une offre d’emploi …

Premier constat, s’il y a beaucoup de chômeurs, il y a aussi beaucoup d’annonces… en vrac (les chômeurs aussi sont en vrac, mais c’est un autre sujet). Un filtrage s’impose pour gagner du temps : direction la catégorie « communication ».

Là, tu retrouves pêle-mêle des postes de câbleur de fibre optique (parce que certains confondent encore télécommunication et communication, les mêmes sans doute qui confondent commercial et chargé de comm’), de scientist bioinformatics (pour faire parler l’ADN ?), de maçon coffreur, d’agent d’entretien ou encore de préparateur automobile (…) et même un poste de gériatre !

Tu précises alors ta recherche avec un petit tour du côté de la rédaction web. Pas mieux. Te voilà perdue au milieu des  postes de rédacteurs de sinistres (et pas de sinistres rédacteurs), de rédacteurs contentieux ou de succession (décidément, c’est pas gai le métier de rédacteur).

Il y a aussi les annonceurs qui trouvent la bonne rue mais pas l’avenue, avec des offres alléchantes, publiées dans la bonne rubrique, mais qui mènent à une impasse à cause d’une défaillance de GPS (non La Rochelle, Toulouse, Paris ou la Bulgarie ne sont pas dans le Rhône !).

OK, ils sont donc incapables de classer une annonce dans la bonne catégorie, voyons comment ils rédigent…

Lire une offre d’emploi écrite en majuscule, c’est comme entendre l’annonceur hurler à l’autre bout de l’open-space. On cherche la fenêtre pour la fermer. Quant aux propositions de café et le baby-foot, au début c’était drôle, aujourd’hui tout le monde le fait, alors préférez les costumes à 15K horaires libres et responsables parce que l’inspiration ne vient pas forcément à 8h pile.

Est-il utile de préciser qu’une offre d’emploi n’est pas un terrain de SEO ?  Ils sont nombreux à y voir l’occasion de parfaire leur référencement. Dix lignes et une énumération aberrante (prenez votre respiration) : display, social, SEO, SEA, mobile, affiliation, benchmark, études sectorielles, RTB, inbound, consulting data, data mining, pur player, optimisation de la conversion, data visualisation, conseil DMP, native adverising, leads, iprospect, réseau de search, activation au monde par RECMA, owned, earned et paid, guidelines, social media playbook, integrated content planning et comités éditoriaux, business units…  juste entrecoupées de pronoms, d’adjectifs ou de verbes pour que ça se tienne un peu debout.

Quand on recherche un emploi ou une mission, on aime bien savoir qui est l’entreprise à l’autre bout du contrat. L’entreprise finale, entendons-nous bien, pas le recruteur. Alors inutile de nous présenter en long, en large et en travers les mérites de l’agence d’intérim et les résultats du groupe, présentez-nous la boite, votre client, celui qui deviendra notre client ou notre employeur !

Et puis, viennent les sujets qui fâchent. Comme ces petites phrases assassines qui font grincer des dents les plus de 25 ans :

«Jeune équipe dynamique et prometteuse (moyenne d’âge 25 ans) cherche sa chargée de comm’ »
« Il s’agit d’un remplacement au sein d’une équipe jeune et soudée»

Autant dire que tu peux postuler si tu es jeune, belle et intelligente dynamique et prometteur-se, si ton âge ne fait pas baisser la moyenne des autres, et si tu ne crains pas de ne jamais réussir à t’intégrer cette équipe soudée (et sans doute très désagréable). Et là, même en donnant mon âge en hors taxe, ça ne passera pas…

Et ne parlons pas du stagiaire…Ce spécimen qui est là pour apprendre, qui devrait avoir la place d’un(e) assistant (e) pas celle d’un Dir de Comm’, d’un Directeur Artistique pour 500 euros, nourri, blanchi.

Le monde de l’emploi a bien changé. Il a rajeuni.

next page next page close

Journee de la femme, Journee d’impro

Journee de la femme, Journee d’impro

Aujourd’hui ce n’est pas la Journée de la femme mais celle des « droits de la femme » et comme chaque année, on a droit à la même soupe marketeuse réchauffée, les mêmes clichés, les mêmes jokes, les mêmes espoirs et désespoirs… Alors, en bonne chieuse diplômée que je suis, je ne vais pas attendre le 11 octobre, pour faire ma Journée du coming out et avouer que je déteste ces Journées qui ne savent pas choisir entre mondiales et internationales, ces Journées d’un jour, d’une cause qui en méritent 365 jours, ces évènements stupides…

Donc, sur la lignée de cette Journée des droits de la femme – un concept où la femme rurale à son jour mais pas la citadine – on trouve une palanquée de Journées féministes (ou pas). Avec la Journée sans pantalon, celle de la mini-jupe, suivie de celle du tricot (mais pas de Journée de la mini-jupe en tricot, notez bien), la Journée topless (le 28 aout, à la fin de l’été, malin pour effacer toutes les marques du maillot) ou encore la Journée de la langue maternelle.

J’hésite à rajouter dans la catégorie « on pense à vous mesdames » la Journée de la vasectomie en mode Guerre des Roses, la Journée de la baleine (je pensais aux baleines de nos soutien-gorge, m’enfin…) ou encore la Journée sans régime (aucun rapport avec la baleine, stop !) dont on ne sait pas si elle a été créée pour se débarrasser des régimes totalitaires et matrimoniaux ou pour justifier toutes ces Journées destinées au Pop Corn, au macaron,  à la cuisine italienne, à la glace artisanale (…). Ou c’est peut-être une Journée pour contrebalancer la Journée du gluten destinée à se débarrasser de tous les allergiques. Remarquez qu’une Journée du régime et une Journée sans gluten, c’est bien aussi.

Dans la catégorie Journée du n’importe quoi, j’aime à penser que la Journée de la plomberie a été inventée par un scénariste de films pornos, comme la Journée des zones humides sans doute ou la Journée du rein (tu vas et tu viens…). Tandis que les dévergondé(e)s assumé(e)s ont choisi la Journée de l’orgasme et la Journée du naturisme.  J’imagine bien aussi un hypocondriaque ou un maniaque inventer la Journée des toilettes, celle du lavage des mains, celle de la serviette.

Il y a aussi les dates qui décomplexent comme la Journée du Nutella, ce jour où tu te gaves de la pâte à tartiner entre deux statuts offusqués sur facebook sur l’avenir de l’Amazonie ou la Journée des animaux dans les laboratoires, ce jour où tu leur donnes du Nutella des gourmandises avec un brin de persil dessus.

Si tu es l’heureux propriétaire de monuments.com, tu es le gagnant de la Journée des monuments et des sites (comment ça j’ai une réaction de geek ? Je suis pas géologue en même temps…). Et si tu es fonctionnaire, ta Journée compte triple : la Journée de La Poste,  du travail invisible et de la lenteur (pas taper). Par contre, oublie la Journée de la qualité tandis que la Journée de la rage c’est tous les jours au guichet… Si tu travailles au 112, tu vas pouvoir nous éclairer sur la Journée du 112 dont on ne sait pas si on doit éviter de t’appeler ou garder tous nos appels de détresse pour ce jour-là… Et enfin, si tu as une BMW, le 26 janvier est ta fête, celle du Go Fast Free autrement appelée Journée des douanes.

En parlant voiture, vous saviez que la dame qui vous apprend à compter les sorties au rond point, Mme TomTom, avait sa Journée des GIS (Système d’informations géographiques) ? Je propose d’ailleurs qu’on la rebaptise la Journée Morgan Freeman. Restons chez les célébrités, les tortues Ninja et les Otakus ont également la leur, tandis qu’Anémone s’est vu refuser celle de Thérèse au profit de la Journée du pull de Noël. Quant aux Choristes ils ont leur Journée du chant choral (le samedi soir sur TF1). Il n’y a pas que le chant et le cinéma, il y a aussi les évènements littéraires avec la Journée du conte, du livre voyageur (je pense que le gars qui l’a inventée ne savait pas écrire pigeon) et celle de l’écrivain africain (à ne pas confondre avec les nègres littéraires qui n’ont pas de date).

Côté scientifique, la Journée contre l’ordonnance sur les brevets en Inde, de la colonne vertébrale, des administrateurs systèmes, de l’épargne, de la statistique ou la Journée de PI ne sont compréhensibles que pour une partie de la population dont je ne suis pas… Côté nature, je me demande si certains thèmes n’ont pas été proposés par Allain Bougrain-Dubourg : la Journée du moineau (parce que la Journée de l’ortolan c’est trop dangereux) celle des poissons migrateurs, du chat noir, de la sensibilisation aux vautours et la plus belle, la Journée de la vie sauvage Pas de Journée du chasseur, c’est ce qui m’a mis la puce à l’oreille.

Les enfants ne sont pas oubliés, entre la Journée de la marionnette, de la bataille d’oreillers, celle du coloriage, du cerf volant, couronnées par la Journée de la sauvegarde du lien parental ou des parents au bureau (chouette la maison est à nous !). Et maintenant qu’ils savent qu’il y a une Journée du rangement du bureau, le 21 mars, bon courage pour leur faire ranger le reste de l’année !

Voilà, c’était ma Journée de l’impro à moi avec quelques jours de retard.

next page next page close

Le code de la communication

Le code de la communication

Bon voyons… comment parler de la communication au volant tout en restant polie, courtoise et autorisée au moins de 10 ans… Dans quoi je m’embarque…

J’ai lu dernièrement que la voiture est le lieu où l’on communique le plus après le troquet. Je ne vais pas vous faire de dessin sur les modes méthodes de communication que nous utilisons tous un jour ou l’autre… Y’a ceux qui parlent tout seuls, ou dans l’oreillette, ou au téléphone (ou les trois à la fois). Y’a ceux qui parlent à leur passager en les regardant bien dans les yeux (le passager lui regarde la route, il en faut bien un, pour prévenir des dangers). Y’a ceux qui haranguent tout ce qui bougent, qui est blond, qui portent une jupe (et deux belles jambes). Y’a ceux qui engueulent les vieux, et les jeunes, et les femmes (avé l’accent de Marius c’est quelque chose je vous assure !). Y’a ceux qui joignent les gestes à la parole (censuré). Y’a ceux qui utilisent leur voiture pour communiquer (kéké répondit l’écho) Y’a les piétons (royalistes) qui oublient qu’ils ont été automobilistes (et vice et versa)…

Bref, les moyens et les moments de communication ne manquent pas en bagnole voiture. Mais sommes-nous tous des communicants avertis ? En y regardant de plus près…

Tout a commencé dans un lieu que je n’affectionne pas particulièrement : l’hôpital… même si je ne suis là qu’en visiteuse. A cette heure, il y règne une ambiance feutrée de sieste, où seules les claquettes des infirmières restent perceptibles par dessus des ronflements des uns et des autres. Pour la troisième fois, je pars en quête d’un chocolat chaud… pardon, pourcentage de cacao égal à zéro… alors disons plutôt d’une boisson chaude aromatisée au cacao, réconfortante… Pas tant pour le réconfort, mais pour l’arôme qui me fera oublier un instant l’odeur du formol.

Le breuvage chimique entre les mains, je lève les yeux attirés par le bruit d’un (insu)portable discordant dans ce silence… à moins que ce ne soit par le physique de Christian Troy venu chercher ici une oasis anti-magnétique afin d’insupporter les autres. Christian est beau dans son costume classieux, couleur gris palombe, très chic mais un brin abattu… Il tourne en rond comme une pie qui a mal à la queue…il se coiffe et recoiffe les cheveux avec sa main libre… Une opération ratée ? Une cliente mécontente de son nouveau nez ? Non Christian n’est pas chirurgien…

Cette vision esthétiquement parfaite est parasitée par sa conversation. Et là… à l’entendre parler, là, à côté du distributeur de café, une image s’impose petit à petit… Jean Claude Convenant prend doucement possession du corps de Christian Troy… (bofff ça c’est moyen…) Remarquez, à côté de la machine à café, la relation est vite faite !! Manque plus que la caméra et Hervé Dumont 😉

… à l’entendre parler, donc… C’est vrai qu’il parle fort Christian Jean Claude et je ne peux m’empêcher d’entendre…  aucun scrupule non plus car s’il téléphone ici et aussi fort, c’est qu’il veut être écouté, alors allons y :

Il ne comprend pas, Jean Claude… l’automobiliste qui arrivait sur cette petite route avait bien vu sa mère, elle en est sûre puisqu’il lui a fait des appels de phares pour l’inviter à passer… et elle est passée… Comment ça un long ou des courts ? Hein ? les appels de phare c’est comme le morse ? Non mais faut arrêter là, c’est où qu’il a appris à communiquer en morse ? Lui quand il fait des appels à un piéton c’est pour lui dire «vas y Mamy ! je te laisse passer»… Mais c’est sur que si y’en a qui font des appels pour dire «hey ! Attention ! Y’a une voiture !» on va pas s’en sortir là… Il va falloir apprendre à communiquer au volant maintenant et ça c’est pas au code ! Un long ou des petits… il en a de bonnes lui… mais c’est vrai il a raison… Jean Claude aussi des fois il fait des gros appels et des fois plein de tous petits… Oh ! Pu*** et si le mec en face il fait le contraire, bim !

Oui, quand Jean Claude monte dans sa Fuégo kittée de chez Norauto (Christian lui c’est plutôt Lamborghini Diablo ! Tient ! Je pourrais peut être consacrer un billet aux Lamborghini aux différentes formes de comm’ en fonction de sa voiture), il communique avec son langage à lui, qu’il croyait universel, et il aimerait bien que tout le monde le comprenne.

Par exemple, s’il met son clignotant cela signifie «attention, je vous informe que je vais tourner» mais cela veut aussi dire «Auriez vous la gentillesse de prendre note que j’ai l’intention de déboiter/doubler» et non pas  «hey ! T’as pas vu mon clignotant ? Laisse moi passer !» ou «je clignote – je déboite». Quand il fait un appel de phare en arrivant sur un passage piéton, c’est pour lui dire «Je vous en prie, je vous ai vu, vous pouvez passer» et pas «Oh ! J’arrive hein ! Je passe et je ne freine pas OK ? Toi tu restes où t’es et tu traverses pas !» Quand il klaxonne c’est pour prévenir dans l’urgence d’un danger et pas pour signifier à l’abruti, la blonde, l’automobiliste qui est devant (et comble de tout qui est même pas immatriculé 13 !) que le feu est passé au vert, y’a ¼ de seconde, ½ seconde maintenant… « Alors t’avances ? » meugle le klaxon coincé sur position on.

Tiens, y’a un truc qu’il a jamais compris, sur l’autoroute, ça lui arrive souvent qu’un camion lui fasse un appel de phare une fois qu’il l’a doublé et qu’il est loin, très loin… Oui, il sait que c’est un truc entre eux pour dire «vas y tu peux te rabattre» … Mais là, il est en voiture et ça fait longtemps qu’il s’est rabattu… Alors la dernière fois il s’est demandé, jusqu’à ce qu’il arrive à Nice, pourquoi trois camions lui ont fait cet appel ? Le prévenir qu’une portière est mal fermée ? Ou peut être un phare qui marche pas ? Ou alors un pneu à plat ? Non parce que lui, quand il fait comme cela des appels, c’est pour avertir d’un problème sur la voiture… Hein ? Oui et pour dire au piéton de passer… mais là on est sur l’autoroute… Pffff… ça devient compliquer de communiquer en bagnole…

Oui ça va, sa maman va bien. Ils ont dit qu’elle avait « juste » la hanche fêlée… quelle « chance » ! (communication positive et rassurante…) Tiens regarde, y’a un truc qu’il a remarqué depuis quelques mois, ici, ils se trimballent tous avec des ânes et des taureaux au c*l ça veut dire quoi ? Qu’ils sont fanas de corrida ? Bon OK pour le taureaux.. Mais les ânes ? Ils essaient de faire passer quel message là ?

Je prends congé à grand regret de Christian… en me disant que Jean Claude a bien raison… Le langage de l’automobiliste n’est pas universel…

Fin de journée, on commence à entendre les plateaux repas s’entrechoquer dans les couloirs et la chariotte rouler de chambre en chambre pour la dernière boite de pilules de la journée.

Mise en route de ma C2 kittée de chez TicTac. Marche arrière. Détecteurs d’obstacles actifs. Sortie de ma place de parking. Biiiiip. Un obstacle en vue. Je freine et j’entends trois coups de klaxon, deux courts, un long (dans un hôpital…). Si cela n’avait pas été comique, je lui aurais certainement hurlé « c’est bon, je t’ai vu, entendu, et détecté espèce de con***d ! »

Au premier passage piétons, des piétons justement. Je ralentis et je fais des appels de phares (2 courts). Les piétons ne bougent pas. Je ralentis encore et renouvelle mes appels. Rien. Je fais quoi là Jean Claude ?? Ils veulent pas passer… J’accélère, ils bougent, je freine et utilise mon langage universel : #*$*@$ !ヰ¿♀ .

Pas facile finalement d’interpréter tous ces codes. Tout dépend où l’on se place (et je ne vous parle pas du conjoint qui se trouve à côté de vous…)

Et vous ? Mode veilleuse ou plein phare ? 😉

next page next page close

L’ecole (primaire) de la communication

L’ecole (primaire) de la communication

ou comment me fâcher avec tous les enseignants (et les fonctionnaires) …

Première année de maternelle (ou communément ‘chez les petits’), la communication tourne essentiellement autour de la sucette (appelée aussi sussu ou tutute) : a perdu sa sussu, fait que pleurer (à force de parler le langage bébé…). Pour les adeptes du doudou (là, le nom commun est bien arrêté) remplacez sussu par doudou. Quand il n’y a ni sussu, ni doudou, on peut espérer un peu de communication sur d’autres sujets : il a mordu son voisin aujourd’hui !   elle a le nez qui coule (…)  et à part ça ? …

Deuxième année de maternelle (ou communément ‘chez les moyens’), on ne parle plus que sieste (appelé aussi dodo) : la p’tite ne veut plus aller au dodo ! il ne veut pas dormir et il embête tous ses camarades (…) Normal, nous, parents, nous leur disons qu’ils vont à l’école pour travailler ! et ?…

Troisième année de maternelle, la sussu revient en force :  il serait temps qu’elle abandonne sa sussu maintenant !  (attention ! gros risque de perdre la paix ambiante sur fond sonore de succion !). Et, comme là, on est chez les grands, toute la communication est orientée vers la classe suivante, le CP : vous savez au CP, ils ont plus droit au doudou ! bientôt le CP, n’oubliez pas de les inscrire !  (…) à croire qu’elles (ils) ont hâte de passer le relais…

Ne soyons pas mauvaise langue, les enseignants de maternelle ont aussi un langage commun et bien rodé : faudrait penser à faire un bilan orthophoniste. Vous avez pensé à lui faire consulter un orthophoniste ? (…) Du coup, appelez un orthophoniste pour un RDV et vous aurez la même réponse : planning complet ! Un métier bientôt coté en bourse !!

Voilà pour la communication verbale, mais les écoles maternelles sont plus douées pour la communication visuelle, en commençant par les codes couleur : en rose, les ‘tata’ ; en blanc, les ‘cantinières’ ; en ‘tachées de peinture’ les maitresses ; les salles jaunes c’est chez les petits ;  les salles oranges c’est chez les moyens ; les salles vertes c’est chez les grands et le bleu c’est pour les couloirs, enfin le bleu qu’il reste entre les dessins de nos chérubins.

Et il y a aussi l’affichage, qui lui se résume à un mot… beurk… poux ! Les poux sont arrivés ! Attention ! les poux ont attaqué la classe ! Pensez à traiter vos enfants contre les poux ! (…)

La communication d’une école primaire, elle, est primaire, plus présente, orientée et passe essentiellement par deux supports : l’affichage et le cahier de correspondance.

Dehors, dans le tableau vitré, les informations importantes : Mr le Directeur ne reçoit les parents QUE le mardi de 9 à 10 et le jeudi de 13 à 14 (facile pour nous…) moi j’aurais aimé Chers parents, j’aurais plaisir à vous recevoir tous les mardis de 9 à 10h et jeudis de 13 à 14h sans rendez vous. Mais bien sûr il est toujours possible de me rencontrer sur rendez vous à d’autres moments. Le Directeur, Mr Aimable Disponible.
Il y a aussi les messages de l’Entreprise ‘Nourriture en Vrac ‘ : aujourd’hui changement de menu : les roulés de dinde sont remplacés par des cordons bleus (avec les mêmes dindes ?)  Important les changements de menu… et puis les informations des parents d’élèves (là rien à dire)
J’oubliais ce gros panneau aux couleurs de la mairie qui nous rappelle que la mairie investit notre argent dans la réfection de notre école.

Et puis il y a un panneau pour les grosses urgences : GREVES le mardi 7 octobre (déjà !!!) pas de cantine, pas de repas froids, pas de garderie (mais quand même des enseignants cette fois ci…) moi j’aurais préféré : en raison d’un mouvement de grève national, pour défendre…., nous vous informons….
Celui-là il est écrit en rouge pour bien attirer l’attention. Faut bien ça, vu que l’affiche est généralement mise la veille au soir (et le matin même on scotche le préavis et les numéros à contacter pour le service minimum… ça manque encore un peu d’organisation…) Ce panneau-là, c’est un peu comme les radars… on a envie de le caillasser.
Tentative de communication verbale :

Vous faites grève pour quelle raison ?

ché pas, on fait grève comme tout le monde

Prenons maintenant le cahier de correspondance : première information distribuée… avant même le nom de l’enseignant… le calendrier des vacances scolaires !! (ah… réputation, quand tu nous tiens !!) suivi de très près par l’annonce de la  grève du 7 octobre  (et c’est parti !! vous croyez qu’ils auront assez d’un cahier de 92 pages ???)

La communication du primaire passe aussi par une réunion d’information en début d’année. Une heure et demie à entendre parler de programme scolaire et de nos enfants monstres… Oui parce que cela fait à peine une semaine que vos chérubins ont repris leurs cartables que déjà : du jamais vu ! une classe indisciplinée comme jamais ! de mémoire de maîtresse elle n’a jamais vu cela ! (…) Alors on n’a pas la même mémoire… Que disiez-vous l’année dernière ? la même chose ! et l’année d’avant ? Encore et toujours des monstres ! Et il y a 37 ans la mienne disait déjà ça, et celles d’y il a 36 et 35 ans… Une heure et demie à entendre un discours négatif sur nos enfants, qui sont tous des menteurs, des voleurs, des violents, des bavards… ils ont tous des lacunes… mais qu’avons-nous fait ?!?

Et puis cette année, une nouveauté : le soutien scolaire et la fin de l’école le samedi… vaste sujet de la part d’un enseignant… alors… elle, elle n’aurait pas fait comme ça… lui, il nous précise bien que ce ne sont pas les enseignants qui ont demandé l’annulation de l’école le samedi mais les parents d’élèves et il nous le répète 3 fois pour bien se déculpabiliser… elle, elle insiste bien sur le fait qu’elle a moins le temps pour faire le programme… lui nous précise qu’en plus le programme a été alourdi… et elle de surenchérir avec l’éducation civique. Vous vous rendez compte ? ils doivent faire de l’éducation civique… souvenez vous ma p’tite dame, nous avions tous de l’éducation civique de notre temps, non ? Et nous voilà partis dans une suite de mots : inspection académique, gouvernement, ministre… Et là je dis STOP ! pas de communication politique au sein d’une école, pas de prise de position et j’ose espérer que cette communication là elle restera entre adultes…

Conclusion ? de la communication primaire, négative, axée, vous l’aurez compris, sur les revendications, les vacances et les grèves… (et les orthophonistes) avec une parenthèse pour l’indiscipline de nos graines de montres. Pas sympa ? ben non… c’est l’image qu’elle donne, l’image que j’ai, que nous avons tous, parents d’élèves à la sortie de l’école, et je précise que notre école fait partie des privilégiées…

Ce que j’aurais aimé ? avoir un discours positif d’une maitresse qui va tout mettre en oeuvre pour que ses éléves comblent leur retard, qui a à coeur de leur apprendre le respect et les droits et devoirs civiques, qui reconnaisse que c’est dur pour un enfant de 6 ou 7 ans de rester 6 heures statiques sur une chaise qui plus est après 2 mois de vacances, mais que cela ira mieux dans quelques semaines… est-ce si difficile de positiver ?

Et je ne vais pas vous rassurer… Ce billet a été écrit en 2009, deux ans ont passé et la communication est pire aujourd’hui… Une communication à hérisser le poil, dont je vous parle très bientôt. En attendant, j’ai demandé un entretien avec la Directrice et elle me retourne une CONVOCATION pour demain matin 🙁 je sens que cela va alimenter mon moulin….

next page next page close

Un tresor (public) de communication

Un tresor (public) de communication

Non, je ne vais pas vous parler de ma déclaration d’impôt qui ne devrait d’ailleurs pas tarder à sonner à la porte… En attendant ce doux moment, j’ai envie de vous parler de mes vacances au Club Med Trésor Public.

Là, je sais ce que vous pensez : la pôôôvre, elle se bât avec contre l’administration et passe ses journées de vacances à la Trésorerie Principale à remplir des formulaires, à justifier de ses revenus! Que nenni ! Je passe bien mes vacances au Trésor Public, tout comme vous au Club Med, pour le plaisir de ma Graine d’ADN et le mien… enfin… jusqu’à ce qu’ils décident de communiquer…

Commençons d’abord par planter le décor :

Ici, dans le midi, c’est tempête de ciel bleu tous les jours. L’ombre est à 30°. L’eau, elle, avoisine les 22 voire 25°. Les cigales chantent en se moquant des fourmis (pas pour longtemps). Les terrasses des cafés sentent bon le Pastis Ricard Pastis le p’tit jaune et les bouches des enfants (et des grands) sont délicieusement ourlées des restes de glaces italiennes dégoulinantes et tellement bonnes…

Côté plage, c’est l’affluence : les fameux touristes chéris (dont j’étais il y a 14 ans…). Tiens ! les parking ont augmenté pour l’occasion (le péage aussi d’ailleurs). Arrivés sur notre plage préférée, c’est bataille rangée : «attention chéri, ne marche pas sur la serviet… trop tard… pardon Madame » « là maman ! viens vite j’ai une place »… trop tard… adversaire en place avant nous. Les serviettes chevauchent les paillasses, les sacs de plage s’entassent les uns sur les autres et même pas grave si c’est sur un sac inconnu, le principal étant de gagner de la place. Pas de vent… pas de méduses… après midi idéa… « hey ! t’es pas obligé de passer par dessus moi !! » « pardon M’dame !! » « Euh… si ça ne vous dérange pas, j’aimerais bien récupérer ma serviette… si si… c’est MA serviette… de rien, de rien » « mamaaaan ! j’ai fait tomber mon goûter dans le sable ! »

A ce régime, on tient… deux jours ! No more !! Alors, on se rancarde à droite à gauche pour dénicher des bons plans, parce qu’il faut bien l’occuper, la Graine d’ADN… Et c’est là que je déniche un petit coin de paradis :

Un complexe sportif, tout neuf, super moderne, dans une commune de l’agglomération marseillaise. Parking gratuit. En haut, des salles de fitness, avec des cardio machins, des vélos trucs… Vous l’aurez compris, ce n’est pas là mon endroit de prédilection. En bas, un concentré de bleu, du carrelage à l’eau : deux bassins intérieurs, un pour les nageurs « olympiques » et un pour les minots (1,30m maxi, avec courant, rivière sauvage, bulles, jets…). Si l’on suit cette rivière, on arrive dehors dans un immense bassin, en forme de haricot, toujours pour les minots, avec des jacuzzis (occupés par les grands), une cascade, des jets… Plus loin des toboggans, des pataugeoires, plein de pataugeoires… Un paradis (surveillé) pour les graines de poissons ! Où poser sa serviette ? Pas de problème, louer un transat (confortable) pour vous toute seule, sans sable, sans être obligée de jouer des coudes.

Oui, mais voilà… Au milieu de tout ce bleu, quelques spots rouges. Vous savez, ce rouge symbolique de l’interdiction ou de la mise en garde : toute sortie est définitive, interdiction de courir, interdiction de fumer, shorts et bermudas interdits, ne pas marcher en chaussures, ne pas manger autour des bassins, transats réservés à la location, tubas et palmes interdits, pas d’enfants sans surveillance, non responsable contre le vol… et patati et patata.

En fait toutes ces consignes sont tout à fait normales, pour le bien de tous, respectons quelques règles. Mais il y a l’art et la manière : vous n’avez pas encore franchi la porte d’entrée que vous êtes agressés par ces placards rudimentaires et agressifs collés sur la vitre d’entrée, puis dans les vestiaires, sur chaque mur, et puis sur chaque surface lisse… et ce n’est rien comparé à l’accueil.

Je ne parle pas des caissières qui sont souriantes, dynamiques et prêtes à vous expliquer le fonctionnement de la carte famille nombreuse ou celle de fidélité. Non, je vous parle de Papa Schultz ! Quand on arrive au Stalag 13 à la caisse, un surveillant vous approche gentiment d’abord, jusqu’à ce qu’il ouvre la bouche : à lire sans reprendre votre respiration

«bonjour ! vous connaissez ici ? vous êtes déjà venus ? » la première fois forcément vous répondez « non » et après cette première fois, je vous assure que vous répondez « oui » avant même que Papa Schultz vous regarde !

« bon alors, soyons clairs ! si vous sortez du complexe c’est définitif, peu importe le motif, peu importe le temps que vous serez resté. Alors vérifiez bien que vous n’avez rien oublié ! Compris ? [Vous comprenez maintenant l’allusion à Stalag 13 ?] Les chaussures sont interdites, même pas de tongs, compris ? Vous devez les enlever dès que vous passez la barrière. Interdiction aussi de garder vos habits à l’intérieur, un paréo à la rigueur mais c’est tout ! [Euh, il faut aussi qu’on se déshabille juste derrière la barrière ?] Vos maillots de bain doivent être décents, pas de string hein Mesdames, pas de monokini, pas de bermuda, pas de short pour vous Messieurs. Surveillez bien vos gamins, même si les bassins sont surveillés, vous êtes seuls responsables de vos enfants, c’est comme les affaires dans vos casiers. Ils ne doivent pas courir [les affaires ou les casiers ?], pas manger non plus, il y a des endroits prévus pour ça, les salles de repos et la pelouse . Les bouées trop envahissantes sont interdites, pas de tubas, pas de palmes. On ne fume pas non plus ! ni dedans, ni dehors, cigarette interdite dans TOUT le complexe ! Compris ?‘ [Mais où est la résistance ??] ah j’oubliais ! dans les salles de repos, il y a des machines qui distribuent des sandwichs, glaces, boissons… Elles ne rendent pas la monnaie ! Alors pensez à faire de la monnaie avant de rentrer parce que nous, on en donne pas ! Vous comprenez on est une piscine pas une banque ! et si la machine ne marche pas, si elle vous a avalé vos pièces sans vous donner votre marchandise, i-nu-ti-le de venir nous faire une réclamation ! cela ne nous regarde pas, ce sont des machines privées, appelez le numéros de tel qui est dessus ! Nous ici c’est le Trésor Public !»

Ah ben voilà ! fallait le dire tout de suite !!!

next page next page close

Twitter m’a hadopisee !

Twitter m’a hadopisee !

Date : mardi 12 mai 2009
Localisation : on dirait le sud

Heure : 7h00
Je me lève et et je me sens seule je me dirige vers le biberon de caféine… et je te bouscule, toi ô ma tasse préférée. T’as fait « zip » quand t’as roulé, « bap » quand t’as tourné, « brrr » quand t’es tombée… je ne sais pas ce que t’avais, mais je t’ai retrouvée toute éparpillée.

Heure : 7h15
France3 semble encore endormie… écran noir et silencieux… Sur TF1, grasse matinée ici aussi… Tout à coup éclair vert, chant de cigale enrouée, image distordue… Merci ô toi TV couleur analogique d’anticiper sur le passage au numérique forcé…

Heure : 8h30

Après un calme relativement plat d’une heure… panneau d’affichage sur le portail de l’école « grève des cantinières reconduite de jour en jour tout le mois de mai » Tension 19/6… achat compulsif, direction le supermarché.

Heure : 09h30
Caisse 12. Celle réservée aux CB. Mais elle est où cette fichue CB ? Pas dans mon porte cartes, ni dans mon portefeuille, ni dans les recoins de mon sac… Je le vide sur le tapis, je les entends tous soupirer, taper du pied… Ah ! suis-je bête ! dans la poche de mon jeans… poches vides… l’autre jeans… celui d’hier…

Heure : 11h30
Récupérer ma graine d’ADN et deux autres orphelines pour l’occasion. On ne couuuurt pas ! On ne moooonte pas sur le canapééééé ! à taaaaaable ! C’est bon ? Oui mais ché chaud… Souffle !

Heure : 13h30
Ouf…..

Heure : 14h00
Récréation sur Twitter, ma TwitteuseFav a un problème : à force de chanter faux, il pleut sous son évier… mon TwitterFav me taquine… je me découvre un TwitterPapa. Grain de folie en dérapage contrôlé.

Contrôlé ? Pas par moi mais par Twitter !

@TwitteuseFav cherche un plombier sur Paris. ReTwitting en masse… Quelques hommes âmes charitables… mais aucun plombier. @TwitteuseFav désespérée ne veut pas éponger toute la nuit… Difficile de trouver un plombier sur Twitter alors @NatCordeaux qui vient de s’énerver sur une blogueuse, sur son ex, son dentiste et sur les cantinière lance un Tweet en renfort

@NatCordeaux cherche un tueur à gages / Marseille et @TwitteuseFav cherche un plombier / Paris. Qui arrivera le premier ? Tout ça pour dire qu’à chaque région sa spécialité ;-) … ça va… je rigole !

Heure : 20h00
Connexion à TweetDeck. Et mer*** encore en rade… Connexion à TweetWeb… wouin wouin wouin !!! Alerte Alerte ! Attention alerte niveau 5 ! Panneau rouge en header Account Suspended This account is currently suspended and is being investigated due to strange activity. If we have suspended your account mistakenly, please let us know. See Suspended Accounts for more information

En d’autres termes : mon compte est suspendu pour « activité étrange »

Heure : 23h00
Après création d’un nouveau compte (discret) pour pouvoir naviguer sur Twitter et avertir mes amis de mon problème (vous imaginez, moi d’habitude si bavarde, rester silencieuse pour un temps indéfini… ils auraient pu appeler les pompiers !)

Consultation des conditions de suspension

User Abuse

  • – a large number of people block the profile or write in with spam complaints
  • – aggressive following
  • – imbalanced ratio: the number of followers is small compared to number of people following
  • – misuse of the reply feature
  • – updates consist of duplicate links and/or text
  • – updates consist mainly of links and not personal updates
  • – updates consist of updates poached from others’ timelines, passed off as one’s own

Technical Abuse

  • – updates consist of links pointing to phishing sites, malware, or other harmful material
  • – a large number of accounts is created in a short amount of time
  • – an account is identified as belonging to a spam cluster

Non coupable !

Activité étrange… Journée étrange… comme on lit souvent sur Twitter VDM* ! ou plutôt JDM* ;-) et si on allait se coucher ?

Lendemain matin, 10h40 : mail de SupporTwitter m’annonçant que je suis suspendue pour 30 jours, le temps de faire une enquête qui déterminera s’ils suppriment mon compte… Mon compte à moi, simple Twitteuse lambda, dissipée certes mais pas terroriste, ni spammeuse, ni phishing addict… J’ai la possibilité de répondre à leur mail si je pense que je suis mise en examen par erreur et de leur présenter mes arguments… Me voici donc à préparer ma défense sur une accusation que je ne connais même pas ! Seule hypothèse mes efforts pour développer l’emploi des tueurs à gages…

Non coupable ! Je ne veux pas faire dérailler un train, ni faire sauter mon école TF1, et je ne cherche pas un tueur à gages (je l’ai trouvé) It was a JOKE !!! ne suspendez pas mon compte!!!!

Date du billet : jeudi 14 mai 2009 8h00
Localisation : pas loin des Baumettes ;-)

EDIT du 15/05/09 : Delbius de Twitter a rétabli mon compte… un de mes Tweet m’aurait entrainée dans un nuage de spam… Merci à Twitter d’avoir été aussi rapide !!! Moralité : pensez à utiliser {joke} quand vous dites des trucs pas possible ;-)

next page next page close

Les (insu) portables

Les (insu) portables

Ce billet a reçu le deuxième prix dans la catégorie « meilleur billet » du concours RégionsJob en 2008.

Plantons le décor : TGV Marseille – Lille Europe – 8h30 – Mardi 1er juillet. Me voici confortablement installée en 1ère classe, direction Marne la Vallée Chessy… et Eurodisney, pour le boulot (sympa non ?). J’aime bien être en 1ère classe, le wagon est généralement silencieux, rempli de costumes gris et de PC (enfin ça c’était avant, quand voyager en 1ère était cher, plus cher qu’en seconde). J’aime bien aussi les TGV qui font le trajet Lille ou Bruxelles, ils sont plus design, plus propres et surtout les contrôleurs sont… différents…. courtois, joviaux, avec des expressions bien à eux (ils vous rendent le billet en vous disant « s’il vous plait » là où moi j’aurais dit « merci »).

En face de moi, Keanu Reeve, un peu plus loin Harry Potter… enfin, deux gamins, les plus jeunes du wagon, en quête d’identité, mais la ressemblance est très réussie. Au dessus de ma tête, un sticker représentant un téléphone portable « Zzzz », comprenez « merci d’éteindre vos portables ». Tiens justement, le « chef de bord » fait une annonce : Utilisation des portables avec courtoisie sur les plates-formes entre deux wagons…

J’avais à peine remarqué le cadre supérieur grisonnant installé à côté de moi (trop occupée à reluquer Keanu Reeve !!). Costume… gris et PC. Il croise les jambes, les décroise, soupir, re soupir, regarde sa montre, une fois, deux fois, tro…, il ouvre une fenêtre Windows, la referme, en ouvre une autre, puis une troisième, les referme. Eteint son PC. Il défait le nœud de sa cravate, un bouton… s’éponge le front… et soudain… Action !

– Allo ! Ah… Bonjour Daniel (je ne sais pas pourquoi, mais je sens qu’Olivier n’ira pas courtoisement sur la plate forme…) Oui ça va, il va comme on peut aller dans ces moments là… C’est gentil d’app’ler… Viv’ment que l’entretien soit passé… il stresse un peu Olivier… (nan sans blague !) Bon, de tout’façon, il s’ra accompagné par Eric, si si l’Eric d’la CGT, c’est pas parce qu’il est cadre qu’il va pas s’défendre… (alors là, je commence à comprendre, et vous ?) Et puis, ils n’ont rien cont’lui. Son CA est en augmentation de 130%, qu’est ce qu’ils peuv’bien lui reprocher ?

– Allo ! Ouais… salut Thomas, ça gaze ?
Harry Potter sort son nez de ses texto. Gageons que si Olivier n’est pas allé sur la plate forme, Harry Potter n’ira pas non plus…
– Oui ça va, il va comme on peut aller dans ces moments là… (ah ! non ! pas encore !!) Ouais, de toute façon, elle est c**** elle sait pas ce qu’elle perd ! (ça sent le croustillant, la love story, enfin la fin…) Ouais, elle lui a fait un coup à la c** Hier c’était son anniv’ et elle lui a offert un sac de sport ! (oui et alors, c’est sympa non ? il est pas sportif ?)

– Tu t’souviens Daniel quand Michel m’avait dit à la r’mise d’ma montre pour mes 10 ans d’ancienneté dans la boite qu’il n’y aura certainement pas de cadeau pour mes 15 ans ?? Oui il se souvient Daniel, il avait trouvé ça dégueu… Olivier aussi…

– Et tu sais ce qu’elle a fait, cette c**** ? (non, mais on veut bien savoir, ben oui quoi ?) ça craint… Elle a rempli le sac… (sympa, elle lui a même offert des fringues de sport !) Ouais mec, tu parles d’une c**** elle m’a mis toutes ses fringues dedans et elle a mis le sac sur le palier… Ahrrr… (j’espère qu’elle a pas oublié de mettre un joli nœud dessus !!) Ouais c’est bon… de toute façon elle était pas faite pour lui… elle a râlé quand il s’est acheté la Wii à Noël, merde la Wii quoi… comment elle voulait que ce soit autrement ?

Olivier pense donc qu’il s’agit d’une vendetta cont’lui menée par Thierry le p’tit nouveau aux dents longues qui a fait r’marquer qu’Olivier avait des « clients faciles » Ahrrr… ces p’tits c*** (Ah ! non ça c’est Harry Potter… m’enfin !) Bon, de tout’façon, Eric d’la CGT, lui a dit qu’il pourrait facilement tirer 30 ou 40 000 euros aux prud’hommes… Mouais, c’est pas ça qui va lui donner du taff, à 50 balais (Harry Potter sort de ce corps !)

– Allo ! Ouais c’est Annie ! ça va ?
Elle, c’est Annie, la seule femme du wagon (enfin avec moi). Elle est commerciale en arrêt maladie (le monde va mal…) et elle raconte à sa maman que son patron est très en colère parce qu’elle ne l’a prévenu que maintenant qu’elle était malade (elle a pas l’air… moi je dirais plutôt qu’elle avait besoin de qques jours pour accompagner sa fille chez maman pour la garde de juillet…) Mais bon, maman la rassure elle a 48h pour informer le patron et la sécu de son arrêt…. « Allo Mamy ? » (Bingo ! elle est à qui la petite qui court dans le couloir et qui crie « passe moi Mamy ! » ??)

Clap de fin : Keanu Reeve est resté bien sage avec sa Zen Stone sur les oreilles, fidèle à l’image de son idole… à moins que ce ne soit vraiment Keanu Reeve ??? Olivier est resté 25 minutes au téléphone avant qu’un autre quinquagénaire lui demande d’aller sur la plate forme. Daniel ne lui fera pas d’attestation, mais il faut qu’il contacte les anciens de la boite et la concurrence. (heu… pas là hein ? on attend d’être sur la plate forme !) Harry Potter, lui, il est naze parce qu’il a pas dormi de la nuit (forcément le palier n’est pas confortable !) et il va chez un pote à Lille (Ah ! l’accueil des Lillois, légendaire !). Il est resté ¼ d’heure en ligne puis a raccroché et a dormi (sans ronfler mais avec quelques décibels dans les oreilles que j’entendais de ma place) Quant à Annie et Justine, elles ont laissé Mamy au bout de 10 minutes en lui promettant de la rappeler dès qu’elles arrivaient pour convenir d’un point de rencontre.

Et moi ? J’ai pris des notes !! En temps normal, j’aurais râlé, je leur aurais demandé d’aller sur la plate forme… mais là… j’ai un billet à écrire moi !!

«Bienvenue à DisnayLand Ressort Paris, Welcome to ….» J’ai fait mon repérage, j’ai signé quelques papiers et hop ! retour à Marseille à 22h (sans passer par la tour de la terreur…) Mon voyage du retour ? Vous n’allez pas me croire… Un commercial qui rentrait d’un entretien avec sa Direction qui lui reproche d’envoyer ses rapports d’activité avec trop de retard et de passer trop temps chez lui et pas assez en clientèle (un télétravailleur ?… mal géré ?).

next page next page close

Premier contact, premiere impression #recrue

Premier contact, premiere impression #recrue

« Votre mission, si vous l’acceptez, sera de développer de nouveaux produits, de représenter la Société dans ses missions de communication et d’être le lien entre nous et le client »

Présentée comme cela, mission acceptée ! Sauf que, dans la réalité, c’est vite devenu mission impossible… L’enthousiasme s’est auto-détruit….

Premier contact : Visite des sites de production
– Sympa les cloisons en piles de classeurs, ceux sont les archives ?
– Non le quotidien…
Quand on pense qu’un petit génie s’est décarcassé pour inventer des dossiers que l’on ouvre en deux clicks …

Première étape : Remise de mon fond de travail, quelques catalogues défraîchis. J’attends les plaquettes, les maquettes, la bibliothèque de photos… On restera sur les catalogues, parce qu’on a QUE les catalogues… Ok, mais à quoi vont me servir les catalogues du voisin ? « les Artisans Modernes » c’est bien le nom du voisin ? Comment ça non ? Il y a même le panneau dehors. Ah… Le panneau est à nous ( ?!?) C’est l’ancien nom de la boite, mais, comme tout le monde nous connaît sous ce nom… Rappelez moi, cela fait combien de temps que vous avez été rachetés ? 4 ans… Ouf … Vous auriez une chaise s’il vous plait ?

Première sentence : une usine vieillotte (mais pas autant que la musique d’attente), des papiers partout (cloisons modulables à volonté), des disques durs… vides (la meilleure parade contre les bugs), l’omniprésence de l’ancienne entité (c’est dans les vieux pots…).

Bon, et bien, on va inverser mes missions si vous le voulez bien : on va commencer par moderniser tout ça ! Ok carte blanche.

Édition de nouvelles cartes de visites : Ajouter les lignes directes et les adresses mail.
– Nous, on veut bien mais tu es la seule à avoir tout ça, avec le patron… Sinon on a un mail générique pour tout le monde

( ?!?) Demande officielle de créer cinq adresses mails pour faciliter les échanges internes mais surtout avec le client. Refus. Trop dur à gérer, porte ouverte aux abus, plus de pouvoir de surveillance… Des raisons qui valent les décisions. On continue à imprimer au lieu de transférer, à faxer au lieu de mailer et à gribouiller sur les cartes de visites le nouveau numéro de tel jusqu’à épuisement des stocks.

Changement de la mélodie d’attente : C’est un peu comme organiser un karaoké et le karaoké, Mireille, elle adore ! Va pour que Mireille gère ce problème (de toute façon je n’aime pas la musique classique). Trois ans plus tard ? On cherche toujours la notice du central téléphonique…

Création de nouveaux catalogues : Proposition d’une charte graphique, félicitations du jury, feu vert de la Direction à un détail près : on y tient à l’ancienne charte, celle avec les bandes bleues, là sur le côté (Pampers en a fait son fond de commerce alors pourquoi pas nous !) ça serait bien si on pouvait les remettre. Grrrrrr… Refonte du nouveau concept avec l’ancien modernisé.

Création d’une plaquette institutionnelle : Une quoi ?
– Vous savez, on n’en a jamais eu besoin jusqu’ici
Dites ? Je me trompe, ou, lors de la dernière réunion, l’accent a été mis sur la volonté de trouver de nouveaux secteurs d’activités ? Vous comptez les accrocher comment ces nouveaux clients ? Bon… Ok pour une maquette. Reportages photos, rédactionnel, charte graphique (libre!), quelques heures, seule, face à PhotoShop, et quelques jours plus tard, présentation du projet. Félicitations, unanimité dans les rangs, feu vert de la Direction, mais… on va changer quelques photos. Non pas d’accord. Pas vendeur. Je tiens bon… je ne lâcherai pas ! J’aurais mieux fait de lâcher, le projet est sur CDRom, les devis des imprimeurs dans le dossier et le tout sur le bureau du Directeur depuis… (mais peut être que si je lui mettais sur papier ? les CDRom , ça peut faire peur …)

Je vous raconte l’épisode de la création du site Internet ou vous avez deviné tous seuls ?

J’en profite pour présenter toutes mes excuses à aux imprimeurs, aux agences de communications, aux web master que j’ai sollicités et qui se sont dévoués dans cette mission… J’y croyais moi aussi…

Offre d’emploi, du vrac et de l’incongru

Quand tu te lances à la recherche de ta prochaine mission freelance, tu arpentes les...
article post

Journee de la femme, Journee d’impro

Aujourd’hui ce n’est pas la Journée de la femme mais celle des « droits de la...
article post

Le code de la communication

Bon voyons… comment parler de la communication au volant tout en restant polie,...
article post

L’ecole (primaire) de la communication

ou comment me fâcher avec tous les enseignants (et les fonctionnaires) … Première...
article post

Un tresor (public) de communication

Non, je ne vais pas vous parler de ma déclaration d’impôt qui ne devrait d’ailleurs...
article post

Twitter m’a hadopisee !

Date : mardi 12 mai 2009 Localisation : on dirait le sud Heure : 7h00 Je me lève et et...
article post

Les (insu) portables

Ce billet a reçu le deuxième prix dans la catégorie « meilleur...
article post

Premier contact, premiere impression #recrue

« Votre mission, si vous l’acceptez, sera de développer de nouveaux...
article post