rss search

next page next page close

Mes petites phrases

Mes petites phrases

Cette interview a été faite dans le cadre dela rubrique « ces petites phrase qui… » et initialement publiée sur BJC.

« Nat ? »
« Hum… »
« Tu fais quoi là ? »
« Je surfe… »
« T’as pas deux minutes par hasard ? »
« Pour ? »
« Pour phraser avec moi… »
???

Boy Job & Comm : Quelle phrase faut-il te dire pour te séduire ?
Moi : Pour qu’un homme me séduise, il faut qu’il me dise que je suis la plus belle, la plus intelligente, la plus……. Quoi ? … Mais dis-toi bien que toutes les femmes rêvent qu’on leur dise cela !!  Après, il y a la façon de le dire et la façon de l’entendre… Plus sérieusement, ce sont surtout la douceur et l’élégance des mots (de tous les mots) qui sont essentielles pour moi. Et si cet homme est un employeur potentiel ? Il me séduirait avec trois mots « liberté, autonomie, confiance » et en me promettant un (très) gros chèque à la fin du mois

BJC : Et toi ? Que dis-tu pour séduire ?
Moi : Souvent l’alchimie se crée autour du son de ma voix… Il paraît que je fais passer beaucoup de choses dans mes intonations… Et souvent on me prend pour un répondeur, une messagerie vocale, quand je décroche le téléphone (là, je ne suis pas sûre que cela soit flatteur…). Dans la vie de tous les jours, ma première des séductions est de dire « bonjour » et de garder le sourire même si on a des soucis par ailleurs. La séduction est importante aussi dans mon métier… Séduire un client avec de petites attentions comme se souvenir qu’il va bientôt être papa (ou maman) et prendre des nouvelles régulièrement. Séduire un fournisseur pour négocier un prix ou séduire en conférence pour garder l’attention de l’auditoire. Et pour cela il faut une dose d’humour, une autre de (fausse) décontraction et beaucoup de féminité.

BJC : Quelle phrase insuffle en toi joie et bonheur ?
Moi :  « je t’aime » que ce soit dit par un homme, un enfant, un parent, un(e) ami(e)… moi je fonds. Ou « Maman, tu viens faire un câlin ? » … là je cours !

BJC : Et celle qui te met mal à l’aise ?
Moi : « je sais » Tous ces gens, jeunes ou vieux, qui croient savoir tout sur tout. Vous commencez une explication, ils savent. Vous racontez une histoire, ils savent. Ils vous posent une question et avant même que vous répondiez, ils savent… En général, ce sont les mêmes qui disent « moi je » « moi aussi je » ou « et pourquoi tu ne fais pas comme ça » … ceux qui ont tout vu, tout entendu, tout lu… Et puis il y a cette phrase de mon fils  »est-ce que tu crois qu’une maman qui aime son enfant lui fait ça ? » (« ça » étant le priver de DS !!) Allez lui expliquer que je l’aime et que je le punis pour cela aussi… « Je t’aime moi non plus »… me répond-il…

BJC : Quelle phrase te fait fuir ?
Moi : Tous les ordres ! Je n’aurais jamais pu faire carrière dans l’armée ! Depuis toute petite, dès qu’une phrase commence par « il faut que » ou « faites ceci » ou encore « je veux que » je me braque (à me valoir des heures de piquet et un Conseil de discipline !). Si je connais bien la personne, je lui réponds « oui, chef ! » et cela recadre bien les choses, sinon je reformule poliment la phrase avec formes et emphase. Ca doit être à force d’avoir entendu mes parents me dire durant toute ma jeunesse « y’a que le roi qui veut ! ». Et puis il y a ça aussi :
« Je peux vous aider ? »  »bonjour » « bonjour excusez moi, je peux vous aider ? on a reçu de beaux canapés la semaine dernière, c’est la nouvelle collection….. » « non merci je regarde » « n’hésitez pas, tenez, je vous laisse un catalogue, vous avez vu à l’entrée nos promotions ? » « non merci je regarde » grrr
ou ça :
« Oh ! Qu’elle vous va bien !!! Non franchement, elle ne vous grossit pas !! Non non je vous assure… Moi aussi je porte ce modèle mais pourquoi vous n’essayez pas une taille en dessous ? Et cette couleur !!! Vous avez bien fait, ça relève le noir de vos yeux. Comment ça sous les bras ça vous serre ? Faîtes voir ? Non… je peux passer un doigt, regardez… Vous vous y ferez, c’est de la maille ça va s’élargir… »

BJC : Y-a-t-il une phrase qui te met en colère ?
Moi : Toute les phrases manipulatrices, les mensonges, les hypocrisies. J’ai un don, un 6ème sens, pour les déceler à mille lieues !

BJC : Et toi ? Quand tu es en colère que dis-tu ?
Moi : Mon père disait un truc bizarre quand il était excédé « bascagate a la minia » (écrit phonétiquement). Ce que ça veut dire ? J’ai toujours cru que c’était du basque mais mon père a toujours laissé planer le mystère… Je me souviens encore de l’effet que cela avait sur moi lorsque j’étais enfant, je savais alors que j’avais atteint les bornes des limites. Alors, j’en use et abuse et tu sais quoi ? Quand je vois l’air dubitatif de mon interlocuteur, petit ou grand, je souris (comme mon père souriait), je ris même parfois (comme lui aussi) et cela désamorce chaque fois ma colère… C’était finalement peut être ça le but ?

BJC : Quel est le mot que tu répètes le plus souvent ?
Moi : la Parisienne, depuis que je suis à Marseille, je suis toute tiquée de mots !! « Oh Fan ! » « Mama Mia ! » « Hé Bé ! » « Ma foi ! » mais parfois un « Ouais ! » à la Parigote ressurgit de très loin. Quoi mon accent ? Ouais, ici, ils me disent tout le temps que je jure avec l’accent de Paris et à Paris on me dit que j’ai l’accent du Midi ! Sinon, il n’y a guère que « mon petit cœur » que je dois dire plus souvent que « putain » !

BJC : Et celui que tu hais ?
Moi : « Mort » … et en association «Adieu». Mon grand-père était Toulousain. Quand il venait nous voir, je me débrouillais toujours, à son départ, pour ne pas lui dire au revoir, parce que j’horrifiais de l’entendre dire « adieu » au lieu « d’au revoir »… Etrange sensation pour une non moins étrange tradition linguistique… Au delà de ces deux mots, il y a une chose que je déteste par-dessus tout, c’est le « silence des mots » ou l’absence de mots si tu préfères. Je n’aime pas quand quelqu’un se tait…pour longtemps ou pour toujours… Vous parlez, vous confiez, vous racontez, vous écrivez… Vous attendez de l’Autre un échange, un mot, une confidence, une histoire (…) et soudain… le silence.  Au même titre que l’interprétation des mots, l’interprétation de l’absence de mots est unique et personnelle. L’Autre est peut être fâché, mal à l’aise, indifférent, occupé, égoïste, mal, bâillonné ou aphone tout simplement (…) et pourtant ce silence crée en vous des idées sur toutes ces choses qui ne sont pas dites, des sentiments d’abandon, de trahison, de malaise, d’inquiétude… J’ai beau me répéter Euripide « Parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou garde le silence » je ne m’y fais pas. En fait, je m’inquiète… énormément… Et puis, tu sais, il y a bien trop de femmes silencieuses dans bien des pays, il y a bien des silences à briser pour dire bien des vérités. Si je connais Frédéric Dard ? Oui bien sur, il disait que « parler est le plus moche moyen de s’exprimer, l’homme ne s’exprime pleinement que dans le silence ? » Pas d’accord…

BJC : Celui que tu aimes le plus ?
Moi : « vie »… ou « cœur »… ou « amour »… difficile de me décider, comment imaginer l’un sans les deux autres ?

BJC : Si tu devais oublier tous les mots que tu connais sauf un, ce serait lequel ?
Moi : « Vivre »… ou « étoile »… non finalement « abracadabra » et hop ! Tu te souviens de tous les autres. Arrête de rire, finalement à quoi sert de se souvenir de vivre si tu ne te souviens pas de la vie ?

BJC : Lorsque je te dis « emploi » quels sont les trois mots qui te viennent à l’esprit ?
Moi : Action – Epanouissement – Liberté

BJC : Si tu devais inventer une citation, cela serait ?
Moi : J’ai entendu, il n’y a pas longtemps, deux citations que j’aurais aimé inventer : « la vie, ce n’est pas seulement respirer, c’est avoir le souffle coupé » et « la vie ne s’arrête pas à regarder les autres la consumer » Will Smith dans Hitch. Pour ma part, j’ai un adage professionnel très simple et logique : « sans communication, le client vous oublie, avec une mauvaise communication, il vous fuit… » et si je devais inventer une citation cela serait « Si vous rêvez d’une vie idéale, c’est un rêve, pas une vie, mais en vous réveillant cela peut devenir un idéal » ou « quant à dire la vérité que ce soit vrai »

BJC : Es-tu « être » ou « avoir » ?
Moi : Pourquoi jusqu’ici personne n’a dit « avoir » ? Politiquement incorrect. Tu crois ? Il existe 82 synonymes de cet auxiliaire dont ressentir, recevoir, éprouver, bénéficier, s’accomplir, jouir, aimer, être doté de, désirer, connaître, engendrer, ressource, produire… Ce sont de belles notions non ? Et sais-tu que « être » est un synonyme d’ « avoir » ?? Et puis, c’est important d’avoir… avoir de quoi être… Avoir un toit nous permet d’être protégés, avoir de l’argent nous permet d’être heureux ( ?), puissants ( ?) non d’être riches ( !)… HAVE a good day !

BJC : Enfin si tu étais une ponctuation ?
Moi : Les trois points de suspension… silencieux ? et le point d’interrogation ? Suspect. La virgule a de la suite dans les idées et des idées dans la suite, quant au point, il est trop catégorique. Choix difficile. Alors, sans hésitation je serais le point d’exclamation !!! Parce qu’il est positif, joyeux, chantant, expressif !!! Parce que c’est celui qui me semble le plus vivant ! Mais à côté de ça j’utilise … à tout bout de champ…

next page next page close

Mon cote litteraire en 32 questions

Mon cote litteraire en 32 questions

1. Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre apprentissage de la lecture ?

Les chœurs de ma classe : beu é a ba, beu é o bo… et la très surprenante écriture phonétique dont je n’ai jamais compris l’utilité. Je me souviens très bien du fil conducteur de cette année de CP : une histoire d’eau avec une mascotte. Comme Rainman accompagne les enfants d’aujourd’hui, nous avions une petite goutte d’eau qui nous racontait ses aventures dans les lavabos, les torrents, notre verre…

2. Vos lectures préférées, enfant ?

Les « Martine » ont été mes premiers vrais livres dès que j’ai su lire couramment. Ont suivi les « Alice », « Le Club des Cinq » et « Fantômette » trois enquêteurs très différents. J’adorais quand Fantômette aidait le Club des Cinq ou que le Club des Cinq recevait Alice ! Je me souviens d’une chose étrange… Dans un des Fantômette, il y avait deux personnages, Jean Rateau et Pierre Dulac… le deuxième portait le nom et prénom de mon papa et que le premier portait le nom et prénom de son meilleur ami… bizarre… Ce jour là, j’avais sauté dans toute la maison heureuse d’avoir un papa célèbre et persuadé qu’il appartenait à la CIA !! … mais je m’éloigne… Et puis il y a Marcel Pagnol. A dix ans, j’ai lu tous les tomes de Pagnol d’une seule traite en un été. Mes parents étaient très inquiets car je refusais toutes les autres activités. Ils me forçaient à fermer mon livre à 21h, mais je lisais en douce à la lumière de la lune jusqu’à pas d’heure.

3. Aimez-vous la lecture à haute voix ?

Uniquement pour raconter des contes à mon fils. J’adore prendre différentes voix comme Marlène Jobert. En revanche, mes lectures, je les vis intérieurement (on a déjà l’air un peu dérangé quand on parle dans une oreillette, alors vous imaginez…)

4. Votre conte préféré ?

Enfant, j’ai beaucoup aimé « Les lettres de mon moulin » d’Alphonse Daudet. Mais mon plus beau conte, je l’ai découvert à l’âge adulte : les 4 tomes de « Arthur et les Minimoys » de Luc Besson. Et bien sur j’ai adoré le film que j’ai vu bien après !

5. La meilleure adaptation d’un roman ou d’une pièce de théâtre ?

Mon rapport à la littérature passe souvent par le cinéma : je vais voir toutes les adaptations des livres que j’ai lus et je lis à coup sûr le livre tiré d’un film que j’ai aimé. Je n’ai jamais aimé les vieux films de Pagnol en noir et blanc, je trouvais la caricature trop caricaturée justement. En revanche, j’ai a-do-ré « Le château de ma mère » et « La gloire de mon père » version 1990 revus par Yves Robert. J’ai trouvé cela très fin, très délicat et authentique par rapport à l’œuvre. Dans un autre registre, la version film de « La ligne verte » de Stephen King est excellente. En revanche, je n’ai pas du tout aimé le « Da Vinci Code » version ciné alors que j’ai adoré le livre de Dan Brown !

6. Apprenez-vous par cœur certains poèmes, répliques de théâtre, extraits de romans ?

Plus depuis le lycée. Mais je me souviens encore par cœur de « la Chanson d’automne » de Paul Verlaine… et de « Demain, dès l’aube… » de Victor Hugo, deux poèmes qui avaient touché ma sensibilité d’ado.

7. Avez-vous des livres ou des magazines dans vos toilettes ?

Oh ! Oh ! Je croyais qu’on faisait des mots croisés aux toilettes ?? 😉

8. Avez-vous plusieurs lectures en chantier ? Combien ? Lesquelles ?

Je n’ai jamais réussi à lire plusieurs livres en même temps, je ne pensais même pas que cela se faisait ! Sauf peut être pour des profs de lettres.

9. Le poète que vous ne cesserez jamais de relire / de vous réciter ?

Dire que je ne cesserais jamais de les lire est peut être un peu fort… Je dirais que je pourrais relire avec plaisir « Les fleurs du mal » de Baudelaire, Ah ! et Maurice Carême aussi.

10. Le livre que vous avez lu le plus rapidement ? Le plus lentement ?

Le plus lentement ? Tous les classiques : Zola, Proust, Balzac… pour certains j’ai même abandonné en route. Je n’aimais pas le classique, mais bon, études obligent… Celui que j’ai lu le plus rapidement ? « Bazaar » de Stephen King. J’en ai oublié de manger, de dormir, 678 pages avalées en une traite… commencées le samedi matin et terminées le dimanche à midi (ça tombait bien les invités arrivaient !) Le lendemain je remettais ça avec « Misery », lu dans la journée. Je dois faire des crises de boulimie littéraire…

11. Préférez-vous les éditions de poche aux originales ? Pourquoi ?

Je ne lis jamais en édition de poche, j’aime les beaux livres. Ca ne s’explique pas, c’est beau un livre en édition originale non ?

12. Le(s) livre(s) que vous ne rangez jamais dans votre bibliothèque et qui traînent toujours ?

Celui en cours. Il me suit partout où je suis (sauf aux toilettes et dans la cuisine)

13. Quel est votre rapport physique à la lecture ? Assis ? Couché ? Debout ?

Debout sur le quai d’une gare, assise dans les salles d’attente, au soleil dans mon transat, mais surtout couchée avec une lumière douce et dans le silence total.

14. Vos lectures sont-elles commentées, crayon en main ?

Ja-mais ! C’est trop beau un livre… Pour moi c’est un sacrilège ! J’aurais l’impression de le souiller, de manquer de respect à l’auteur. Même au lycée, je n’y arrivais pas et on se moquait de mes petites fiches. Maintenant, je n’ai pas (plus) besoin de commenter mes lectures. Je lis pour le plaisir, pour m’évader, pour rêver… Je ne lis jamais d’essais, pas (plus) de philo (sauf un jour, je reprendrai Confucius) et professionnellement cela se passe sur Internet.

15. Offrez-vous des livres ?

Non mais j’en recommande très souvent. C’est difficile d’offrir un livre, à moins de très bien connaître la personne.

16. La plus belle dédicace, que ce soit de l’auteur ou de la personne qui vous l’a offert ?

Ça je vous en parlerai un jour parce que cela fait partie du domaine du futur ! J’ai envie de lire un certain livre (commande en cours) d’un certain auteur et je vais tout faire pour avoir sa dédicace. Bon… ça va pas être facile car c’est une célébrité et il va falloir que je l’approche à nouveau (oui oui je l’ai déjà rencontré !).

17. Quel est votre rapport sensuel au livre ? (Odeur, texture,…)

Esthétisme. La beauté de la couverture. Le toucher des matières. C’est d’ailleurs pourquoi je préfère les éditions originales en couverture cartonnée ou rigide avec jaquette. L’illustration est importante aussi, voire essentielle (mes préférées sont celles d ‘ « Arthur et les Minimoys ») Je me souviens de mon émerveillement devant la collection de mes parents « des Pléiades » version cuir et papier « bible » (soie ?).

18. Quels sont les auteurs dont vous avez lu les œuvres intégrales ?

Marcel Pagnol, Ernest Hemingway, Edgar Poe, Dan Brown et JK Rowling dont je ne lis jamais les Harry Potter avant la sortie du film. Et mon préféré, Stephen King, dont j’ai tous les livres sans exception mais je ne les ai pas encore tous lus.

19. Un livre qui vous a particulièrement fait rire ?

Sans hésiter les livres d’Agnès Abécassis (une passionnée de Stephen King elle aussi !) : « Tribulations d’une jeune divorcée » et « Au secours il veut m’épouser ». Elle a une écriture très vive, caustique, décalée, enjouée.

20. Un livre qui vous a particulièrement émue ?

« Au nom de tous les miens » l’histoire de Martin Gray m’a retournée. J’avais vu le film de Robert Enrico et j’ai lu le livre dans la foulée. Pareil pour le livre/film « La Banquière » avec Romy Schneider.

21. Le livre qui vous a terrifiée ?

Tous les Stephen King sont terrifiants !!! Mais celui qui l’est le plus pour moi n’est pas un Stephen King. C’est « Survivants » qui raconte l’histoire véridique du crash, dans les Andes dans les années 70, de l’avion qui transportait l’équipe de rugby d’Uruguay… leur survie par l’anthropophagie… no comment… Mais il y a aussi « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley et « Un bonheur insoutenable » d’Ira Lewin (auteur du légendaire « Rosemary’s baby »)… très heureuse que l’an 2000 n’ait pas vu de tels changements ! Dans un autre registre : « Je porte plainte » de Roger Ikor (un témoignage poignant d’un père désespéré à la mort de son fils, sur le thème des sectes)

22. Le livre qui vous a fait pleurer ?

« L’écume des jours » de Boris Vian… Un jour je le relirai… un jour… La biographie de Romy Schneider

23. L’avertissement / L’introduction qui vous a le plus marquée ?

Je ne la connais pas par cœur alors je vais la recopier : « Pour Alexandra, mon amie tendre, qui a su, quand le chagrin me submergeait, faire comme il fallait ce qu’il fallait, qui m’a pris la main et m’a ramené, doucement, vers les plages de la paix, vers les rives de la vie » Roger Ikor, « Je porte plainte »

24. Le tire le plus, original, décalé, astucieux ?

« le K » de Dino Buzzati un recueil de nouvelles fantastiques où se mêlent angoisse et humour

24 bis. Le titre le plus marquant ?

« Le sang des anges » de Michael Marshall. Sang… Anges… deux mots que tout opposent et qui préparent à la violence de l’histoire.

25. Décrivez votre bibliothèque ?

Ma bibliothèque est dans mon bureau. Les livres y sont rangés par catégories, par ordre croissant de grandeur (ne vous moquez pas !) voire par couleur (ça y est vous vous moquez …) Trois étagères avec tous les livres fantastiques : Narnia, Eragon, Harry Potter, Arthur et ses Minimoys, Magyk… les plus belles couvertures, des tranches énigmatiques. Sept étagères avec uniquement les Stephen King, des couvertures rouges avec titres dorés et puis soudain… des livres noirs avec des titres dorés (mais pourquoi avoir tout à coup changé ?? ils étaient pas beaux en rouge ?) Un autre rayon « divers » qui auparavant abritait toute la collection pour enfants : des Walt Disney (60) et les « Drôles de petites bêtes » d’Antoon Krings qui trônent dans la chambre de mon fils depuis qu’il sait lire. Sur les étagères de mon bureau, les livres pratiques : Code du Travail, de la Copropriété, le guide de l’homéopathie, les dicos, les modèles de correspondance, « choisir un prénom », Harrap’s Italien…

26. Les livres dont vous vous êtes finalement débarrassé ?

Ceux que je n’aime pas. Je les donne à une maison de retraite ou un hôpital, une fois par an. Quelques livres pour les 3 – 5 ans que mon fils a souhaité offrir à son ancienne école maternelle.

27. L’endroit le plus insolite ou vous lisez ?

Chez un client ! Quand je pars en déplacement, mon livre me suit dans mon (grand) sac à main. Un jour, j’attendais mon client depuis déjà 30 bonnes minutes quand il m’appelle pour me dire qu’il aura 2 petites heures de retard (c’est quoi des petites heures ? 59 minutes ?). J’ai sorti mon livre et j’ai bouquiné dans la salle d’attente sous les regards éberlués des hôtesses d’accueil. J’avais quand même épluché leur News Letter durant les 30 minutes précédentes !! Quand le client est arrivé avec donc plus de 2h30 de retard, il m’a félicité pour mon choix de lecture (« Anges et Démons » de Dan Brown) et m’a conseillé « Deception point » du même auteur.

28. Il ne vous reste que trois jours à vivre : que souhaitez-vous lire ou relire ?

« Chroniques Martiennes » de Ray Bradbury. Un bon souvenir d’enfance

29. Votre livre d’art préféré ?

Je ne lis pas ce genre de livre

30. La bibliothèque idéale ?

Je n’ai pas d’idéal. Une bibliothèque doit vous ressembler, doit refléter ce que vous aimez. C’est le cas de la mienne. Aucun livre que je n’aime pas.

31. L’incipit (première phrase) qui vous a le plus marquée ?

Voir question suivante

32. La clausule (dernière phrase) qui vous a le plus marquée ?

Dans « Je porte plainte », Roger Ikor écrit cette phrase : « Je porte plainte au nom de l’avenir qui crie au secours. » Peu importe que ce soit la première ou la dernière, ou peut être la seconde ou l’avant dernière… elle est restée gravée.

J’aimerais dédicacer ce billet à Pierre Ligny, mon professeur de Français en 4ème, à qui je dois ma passion littéraire. Tandis que dans les autres classes, on lisait Zola, Proust ou Balzac, lui nous faisait découvrir Aldous Huxley, Dino Buzzati, Ray Bradbury, Ira Lewin, Albert Camus, Edgar Poe… et tant d’autres. Merci !

next page next page close

Dans la famille Lolobobo, je voudrais…

Dans la famille Lolobobo, je voudrais…

Môa j’aime pas les chaines et je me laisse pas avoir par ces rituels de spammeurs qui vous font croire que demain un nuage de cendre survolera votre maison si vous ne répondez pas à cette chaine immédiatement ! Mais il m’arrive de faire quelques exceptions, surtout quand celles-ci me donnent l’occasion de vous présenter le spammeur en question.

Et en l’occurrence, aujourd’hui, il s’agit d’une spammeuse pas comme les autres qui, à elle seule, a inventé le concept du « spam d’avis » ! Son avis ? on ne lui a pas demandé et pourtant elle nous le donne, sur tout et tout le temps… C’est chiant de connaitre quelqu’un qui a un avis sur tout :-( mais avec elle c’est hilarant, burlesque et finalement, à chaque fois, on se fait avoir et on est content d’avoir son spam avis…

Je vous invite donc à découvrir le blog de Mme Lolobobo d’Isabelle B. dont je reprends les maillons de la chaine :

Un auteur que j’aime ?

Je suis sûre que vous connaissez déjà Lolobobo ici et ailleurs. Le rapport ? sa discothèque ! (moi aussi je dis ce que je veux sur mon blog, nan mais !) …OK… là, je dois parler bouquins et pas musique… mais voilà… J’écoute la même musique que Mr Lolobobo et je lis les mêmes livres que Mme Lolobobo ! Donc, si je regarde ma bibliothèque, un seul nom sur les tranches : Stephen King ! 7 étagères remplies de terreur, d’ambiance diabolique et de talent fou ! Fan depuis que j’ai 10 ans (oui je sais, mes parents n’auraient jamais du me laisser lire ça… y’a qu’à voir le résultat ! mais c’était ça ou et les OSS117 piqués à mon père et planqués sous mon matelas)

Mon livre préféré ?

Je n’ai pas de livre préféré. Je ressens chaque livre différemment, l’appréciant d’une façon ou d’une autre, pour une raison ou une autre. Si je devais vraiment en choisir un (elle veut mon avis elle l’aura ), cela serait Misery de Stephen King… non les 4 tomes d’Arthur de Luc Besson… non Anges et Démons de Dan Brown… non les chroniques martiennes de Ray Bradburry… non… peut être vous renvoyer à une autre chaine et ses 32 questions ?

Les choses que j’aime ?

Les diamants, les cabriolets, les écrans plasma (c’est bientôt mon anniv’, une image subliminale n’a jamais fait de mal) plus sérieusement, l’argent (bah oui quoi ?) le soleil, les chinoiseries, les voitures, les Ducati, les belles photos, les Doc Martens, celles avec une tête de mort et des roses gravées dessus…

Les choses que je n’aime pas ?

Les vieux machins (non non lecteur ! ce n’est pas pour toi que je dis ça ! reste ! on a dit les choses pas les gens !) les vieux meubles (vous savez ceux que nos parents et grands parents ont acheté tellement chers qu’ils sont obligés de les amortir sur toute une vie et même au-delà) les vieux vêtements, les vieux ustensiles… je n’aime pas non plus les canapés en cuir, les manteaux de fourrure, les sacs bling bling, les voitures break (avec la galerie et l’attelage) et les voitures de kéké (kittées de chez Norauto) les grosses chaines en or (c’est « kéké » qui m’a fait penser)

Voilà donc encore un peu de moi (j’en connais deux qui vont encore gausser) et puis comme il faut surtout pas casser cette chaine sinon Martine Aubry elle pourrait bien revenir d’Inde… je passe la balle @MoiMateo dont une réponse en musique serait sympathique !

Fin du défouloir, vous pouvez éteindre vos PC et reprendre une vie normale ;-)
Quant à toi… Mme Lolobobo, Isa, Iboux ou qui que tu sois… merci du cadeau… le chat la vengeance est un plat qui se mange froid !

next page next page close

D’abord, moi j’aime pas !

D’abord, moi j’aime pas !

J’ai été taguée par mon amie Isabelle B et sa moitié Lolobobo pour répondre à 8 questions sur mon enfance… séquence divan pour récalcitrante… parce que d’abord, môa, j’aime pas les chaînes…

1. Quand vous étiez petite, que répondiez-vous à la question : « Et toi, que veux-tu faire quand tu seras grande ? »

Alors d’abord, j’ai jamais été petite, d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours mesuré 1m75… Donc quand j’étais grande, j’aurai voulu être colorieuse chez Walt Disney ! Passez ma vie avec des crayons, des feutres et des pinceaux et mettre des couleurs sur ces magnifiques dessins animés que mes parents m’emmenaient voir tous les Noël au Grand Rex… Au grand damne de mes frères et sœurs cadets, je crois que j’ai colorié leurs albums jusqu’à mes 15 ans !!! (15 ans 1m75 et des albums de coloriage… vous voyez le fail?) Jusqu’au jour où j’ai vraiment commencé à dessiner moi-même…

2/ Quels ont été vos BD et dessins animés préférés ?

D’abord, j’aime pas les BD… Je crois bien que j’en ai jamais lues. Par contre je suis une accro de dessins animés. Je ne manquais pas une séance de « ça Cartoon » ou de « Disney Dimanche », Tex Avery était ma super nany et mon amour pour Disney n’a d’égal que celui que je porte à Pixar !

3/ Quels ont été vos jeux préférés ?

Ah bah là on est mal… D’abord mon père devait rêver d’avoir un garçon car il m’achetait que des circuits 24… Quand on m’offrait une poupée qui parle, je la lui donnais illico car il aimait les décortiquer pour trafiquer les mécanismes… J’avais même pas de chagrin quand il ne la remontait pas, persuadée qu’elle allait finir en sèche cheveux. En fait, je ne me souviens pas avoir véritablement joué un jour … peut être au Milles Bornes ou au Monopoly (et encore par la force !)… j’étais une enfant très silencieuse (je me suis rattrapée plus tard sur la tchatche), je lisais beaucoup, je dessinais aussi et bien sur je coloriais ! Du coup, je ne sais pas jouer avec ma Graine d’ADN qui me le reproche souvent 🙁

4/ Quel a été votre meilleur anniversaire et pourquoi ?

D’abord mon anniversaire m’est égal… mon âge m’est égal… Mon âge je le calcule chaque fois qu’on me le demande.

5/ Qu’est-ce que vous auriez absolument voulu faire que vous n’avez pas encore fait ?

D’abord j’fais ce que je veux… Bon y’a bien un truc… mais non… sinon… non plus… ah si ! J’aimerais aller en Australie… Dès qu’une autoroute sera construite, j’irai !!

6/ Quel était votre premier sport préféré ?

D’abord j’aime pas le sport… ça casse les ongles, ça pu, ça crampe, ça déstresse, ça me complexe… Mais j’avoue que mon caractère je l’ai (un peu) forgé sur des canassons récalcitrants au sport eux aussi ! 10 ans d’équitation ça devrait suffire comme BA non ?

7/ Quelle était votre première idole de musique ?

D’abord j’aime pas les enfants la chanson pour enfants, Chantal Goya, Dorothée ou Henry Dès (…) me hérissent le poil ! Ma première vraie passion pour la musique s’est faite avec Queen. C’est aussi le groupe que j’écoutais (avec Sting) durant ma grossesse. Et devinez qu’elle est la première chanson qu’a chanté Graine d’ADN ? We Will Rock You 😉

8/ Quel a été votre plus beau cadeau de Noël que vous ayez reçu ?

D’abord j’aime pas Noël… Je n’aime plus, devrais-je dire… Les aléas de la vie, des êtres qui vous manquent… Quand j’étais petite enfant, je rongeais mon frein parce qu’on ne faisait jamais cas de l’anniversaire de mon père qui tombait le lendemain… anniversaire, noyé dans les festivités de Noël… Quand j’ai eu l’âge de lui offrir mes propres cadeaux, j’attendais Noël pour une seule raison, en dehors des gambas et du foie gras… lui offrir son cadeau. Et j’étais plus occupée par cela que par Noël… Aujourd’hui, Noël est juste une douleur profonde…

C’est bon Willy Wonka, tu peux sortir maintenant…

Je dois vraiment taguer une pauvre innocente victime ? @LittleDaewoo pardonne moi…

next page next page close

On n’echappe pas aux Lolobobo

On n’echappe pas aux Lolobobo

Le couple infernal a encore frappé ! Lui, diabolique, lance une facétie à la minute, Elle, déchainée, tague tout azimut !

Imaginez un peu… la douce paix d’un foyer breton (avec cheminée et parapluie intégrés), où chiens s’entendent avec chats (quand ils ne sont pas coursés par de sauvages Graines d’ADN), où les canards font coin coin et finissent dans le plat (tient ! pas comme chez moi !), où ses codes s’emmêlent à ses mots (tient ! comme chez moi !)… et pourtant… Dans cette complicité familiale le clavier devient parfois objet de scène de ménage (ils ont inventé la guerre des blogs comme Danny DeVito a inventé la Guerre des Roses)… Et là, c’est nous qui trinquons ! C’est qu’il faut bien occuper ces 360 jours par an de pluie battante ! Alors jaloux qu’ils sont de nous voir bloguer depuis notre transat, sous le soleil… ils nous taguent de façon chronique et acharnée… Il le tague, elle me tague… Dans la famille Lolobobo, nous, on a eu le mari et la femme ! Mauvaise pioche ! Voici donc mes réponses à la chaine, pourquoi et comment je blogue…

Qu’est-ce qui vous inspire ? Des lectures, des situations de la vie quotidienne ?

Ce peut être aussi bien une phrase lue ou entendue, une situation vécue, mais souvent un brin d’humeur, une frustration ou au contraire une joie, une envie de partager, une envie de mettre mon grain de sel.

Qu’est-ce qui déclenche l’acte ?

L’acte ? J’espère avoir bien compris de quoi elle voulait me faire parler… Voyons… Chez moi il n’y a pas d’acte forcé, pas d’acte sans amour inspiration 😉 Mais surtout ce qui déclenche l’acte c’est mon envie d’écrire… inlassablement… Le clavier qui me chatouille, une obsession qui me réveille, des mots qui s’alignent tout seuls au plafond (cohabitant avec l’araignée…). Autant dire qu’en ce moment je me sens un peu frustrée…

A quels moments de la journée le faites-vous ? De quels endroits ?

Je ne maitrise pas l’inspiration, intemporelle, elle arrive (ou pas) quand elle le veut bien… Je serai bien incapable de bloguer depuis mon téléphone, dans une salle d’attente, au boulot, mais cela m’est arrivé depuis ma voiture pour tuer une heure et demie d’attente. Sinon c’est toujours de chez moi.

Comment et où vous installez-vous ? Quel est votre environnement ?

Histoire de faire bisquer mes bretons préférés, en ce moment, c’est le matin, à la fraiche sur le transat. Ordi mini sur les genoux, verre de Coca et Car en Sac… Sinon, souvent le canapé, parfois le lit, souvent en musique, parfois en duo. Parfois en pyjama, sans prendre le temps de me doucher, sans écouter mes besoins vitaux (sauf le besoin de Kfé)…

Quels outils utilisez-vous pour écrire (un traitement de textes ou directement dans votre éditeur de billets ?)

J’ai écrit une seule fois directement sur DotClear… un billet avec plein de liens… et puis de lien en lien justement, je ne suis revenue sur mon billet que 4 heures plus tard. Bouclage de l’édition. Et là, message sur fond blanc « temps d’exécution dépassé ». #fail J’aurai au moins appris que DotClear ne supporte pas les lents et que la sauvegarde automatique n’y existe pas… Depuis, je suis retournée à mes billets sous Word, corrigés et sauvegardés.

Faites-vous beaucoup de recherches ? Rédigez-vous beaucoup de brouillons ou d’articles que vous ne publierez pas ?

J’ai pour habitude de ne parler que de choses que je maitrise sinon je me tais plutôt que de dire des bêtises. Mes recherches seront surtout là pour appuyer ou étayer mes affirmations (un chiffre, une stat, un auteur, une référence…) Je publie tout ce que j’écris, en revanche je n’écris pas tout ce que j’aimerais publier… Avant (comprenez « quand j’avais le temps ») je me payais même le luxe d’avoir du stock.

Écrivez-vous en prenant votre temps ou avec une certaine frénésie ?

Il m’est rarement possible d’écrire un billet d’une seule traite. La vie d’une maman, de surcroit ménagère de moins de 50 ans l’emporte souvent. Ctrl S est mon ami. De même je ne publie jamais un billet sans l’avoir laissé reposer. J’écris tellement naturellement, qu’une seconde relecture à froid n’est jamais inutile pour m’éviter des bourdes et pour sauver in extremis ma réputation 😉 En revanche, je ne modifie que des détails, le texte reste du premier jet.

Voilà ! Les travaux forcés sont terminés… Il me reste à taguer à mon tour 5 personnes… Ne me maudissez pas ! prenez-vous en au couple infernal !

Mes petites phrases

Cette interview a été faite dans le cadre dela rubrique « ces petites phrase...
article post

Mon cote litteraire en 32 questions

1. Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre apprentissage de la lecture ? Les chœurs de...
article post

Dans la famille Lolobobo, je voudrais…

Môa j’aime pas les chaines et je me laisse pas avoir par ces rituels de spammeurs qui...
article post

D’abord, moi j’aime pas !

J’ai été taguée par mon amie Isabelle B et sa moitié Lolobobo pour répondre à...
article post

On n’echappe pas aux Lolobobo

Le couple infernal a encore frappé ! Lui, diabolique, lance une facétie à la minute,...
article post