rss search

Le code de la communication

line Le code de la communication

Bon voyons… comment parler de la communication au volant tout en restant polie, courtoise et autorisée au moins de 10 ans… Dans quoi je m’embarque…

J’ai lu dernièrement que la voiture est le lieu où l’on communique le plus après le troquet. Je ne vais pas vous faire de dessin sur les modes méthodes de communication que nous utilisons tous un jour ou l’autre… Y’a ceux qui parlent tout seuls, ou dans l’oreillette, ou au téléphone (ou les trois à la fois). Y’a ceux qui parlent à leur passager en les regardant bien dans les yeux (le passager lui regarde la route, il en faut bien un, pour prévenir des dangers). Y’a ceux qui haranguent tout ce qui bougent, qui est blond, qui portent une jupe (et deux belles jambes). Y’a ceux qui engueulent les vieux, et les jeunes, et les femmes (avé l’accent de Marius c’est quelque chose je vous assure !). Y’a ceux qui joignent les gestes à la parole (censuré). Y’a ceux qui utilisent leur voiture pour communiquer (kéké répondit l’écho) Y’a les piétons (royalistes) qui oublient qu’ils ont été automobilistes (et vice et versa)…

Bref, les moyens et les moments de communication ne manquent pas en bagnole voiture. Mais sommes-nous tous des communicants avertis ? En y regardant de plus près…

Tout a commencé dans un lieu que je n’affectionne pas particulièrement : l’hôpital… même si je ne suis là qu’en visiteuse. A cette heure, il y règne une ambiance feutrée de sieste, où seules les claquettes des infirmières restent perceptibles par dessus des ronflements des uns et des autres. Pour la troisième fois, je pars en quête d’un chocolat chaud… pardon, pourcentage de cacao égal à zéro… alors disons plutôt d’une boisson chaude aromatisée au cacao, réconfortante… Pas tant pour le réconfort, mais pour l’arôme qui me fera oublier un instant l’odeur du formol.

Le breuvage chimique entre les mains, je lève les yeux attirés par le bruit d’un (insu)portable discordant dans ce silence… à moins que ce ne soit par le physique de Christian Troy venu chercher ici une oasis anti-magnétique afin d’insupporter les autres. Christian est beau dans son costume classieux, couleur gris palombe, très chic mais un brin abattu… Il tourne en rond comme une pie qui a mal à la queue…il se coiffe et recoiffe les cheveux avec sa main libre… Une opération ratée ? Une cliente mécontente de son nouveau nez ? Non Christian n’est pas chirurgien…

Cette vision esthétiquement parfaite est parasitée par sa conversation. Et là… à l’entendre parler, là, à côté du distributeur de café, une image s’impose petit à petit… Jean Claude Convenant prend doucement possession du corps de Christian Troy… (bofff ça c’est moyen…) Remarquez, à côté de la machine à café, la relation est vite faite !! Manque plus que la caméra et Hervé Dumont 😉

… à l’entendre parler, donc… C’est vrai qu’il parle fort Christian Jean Claude et je ne peux m’empêcher d’entendre…  aucun scrupule non plus car s’il téléphone ici et aussi fort, c’est qu’il veut être écouté, alors allons y :

Il ne comprend pas, Jean Claude… l’automobiliste qui arrivait sur cette petite route avait bien vu sa mère, elle en est sûre puisqu’il lui a fait des appels de phares pour l’inviter à passer… et elle est passée… Comment ça un long ou des courts ? Hein ? les appels de phare c’est comme le morse ? Non mais faut arrêter là, c’est où qu’il a appris à communiquer en morse ? Lui quand il fait des appels à un piéton c’est pour lui dire «vas y Mamy ! je te laisse passer»… Mais c’est sur que si y’en a qui font des appels pour dire «hey ! Attention ! Y’a une voiture !» on va pas s’en sortir là… Il va falloir apprendre à communiquer au volant maintenant et ça c’est pas au code ! Un long ou des petits… il en a de bonnes lui… mais c’est vrai il a raison… Jean Claude aussi des fois il fait des gros appels et des fois plein de tous petits… Oh ! Pu*** et si le mec en face il fait le contraire, bim !

Oui, quand Jean Claude monte dans sa Fuégo kittée de chez Norauto (Christian lui c’est plutôt Lamborghini Diablo ! Tient ! Je pourrais peut être consacrer un billet aux Lamborghini aux différentes formes de comm’ en fonction de sa voiture), il communique avec son langage à lui, qu’il croyait universel, et il aimerait bien que tout le monde le comprenne.

Par exemple, s’il met son clignotant cela signifie «attention, je vous informe que je vais tourner» mais cela veut aussi dire «Auriez vous la gentillesse de prendre note que j’ai l’intention de déboiter/doubler» et non pas  «hey ! T’as pas vu mon clignotant ? Laisse moi passer !» ou «je clignote – je déboite». Quand il fait un appel de phare en arrivant sur un passage piéton, c’est pour lui dire «Je vous en prie, je vous ai vu, vous pouvez passer» et pas «Oh ! J’arrive hein ! Je passe et je ne freine pas OK ? Toi tu restes où t’es et tu traverses pas !» Quand il klaxonne c’est pour prévenir dans l’urgence d’un danger et pas pour signifier à l’abruti, la blonde, l’automobiliste qui est devant (et comble de tout qui est même pas immatriculé 13 !) que le feu est passé au vert, y’a ¼ de seconde, ½ seconde maintenant… « Alors t’avances ? » meugle le klaxon coincé sur position on.

Tiens, y’a un truc qu’il a jamais compris, sur l’autoroute, ça lui arrive souvent qu’un camion lui fasse un appel de phare une fois qu’il l’a doublé et qu’il est loin, très loin… Oui, il sait que c’est un truc entre eux pour dire «vas y tu peux te rabattre» … Mais là, il est en voiture et ça fait longtemps qu’il s’est rabattu… Alors la dernière fois il s’est demandé, jusqu’à ce qu’il arrive à Nice, pourquoi trois camions lui ont fait cet appel ? Le prévenir qu’une portière est mal fermée ? Ou peut être un phare qui marche pas ? Ou alors un pneu à plat ? Non parce que lui, quand il fait comme cela des appels, c’est pour avertir d’un problème sur la voiture… Hein ? Oui et pour dire au piéton de passer… mais là on est sur l’autoroute… Pffff… ça devient compliquer de communiquer en bagnole…

Oui ça va, sa maman va bien. Ils ont dit qu’elle avait « juste » la hanche fêlée… quelle « chance » ! (communication positive et rassurante…) Tiens regarde, y’a un truc qu’il a remarqué depuis quelques mois, ici, ils se trimballent tous avec des ânes et des taureaux au c*l ça veut dire quoi ? Qu’ils sont fanas de corrida ? Bon OK pour le taureaux.. Mais les ânes ? Ils essaient de faire passer quel message là ?

Je prends congé à grand regret de Christian… en me disant que Jean Claude a bien raison… Le langage de l’automobiliste n’est pas universel…

Fin de journée, on commence à entendre les plateaux repas s’entrechoquer dans les couloirs et la chariotte rouler de chambre en chambre pour la dernière boite de pilules de la journée.

Mise en route de ma C2 kittée de chez TicTac. Marche arrière. Détecteurs d’obstacles actifs. Sortie de ma place de parking. Biiiiip. Un obstacle en vue. Je freine et j’entends trois coups de klaxon, deux courts, un long (dans un hôpital…). Si cela n’avait pas été comique, je lui aurais certainement hurlé « c’est bon, je t’ai vu, entendu, et détecté espèce de con***d ! »

Au premier passage piétons, des piétons justement. Je ralentis et je fais des appels de phares (2 courts). Les piétons ne bougent pas. Je ralentis encore et renouvelle mes appels. Rien. Je fais quoi là Jean Claude ?? Ils veulent pas passer… J’accélère, ils bougent, je freine et utilise mon langage universel : #*$*@$ !ヰ¿♀ .

Pas facile finalement d’interpréter tous ces codes. Tout dépend où l’on se place (et je ne vous parle pas du conjoint qui se trouve à côté de vous…)

Et vous ? Mode veilleuse ou plein phare ? 😉


Leave a Reply