rss search

next page next page close
thumbnail MTO street artiste francais zoom
next page next page close

Philippe Echaroux, un instantane de talent

Philippe Echaroux, un instantane de talent

Philippe Echaroux, jeune photographe, concepteur & publiciste marseillais et photographe officiel du calendrier de Twitter, le fameux Twalendrier auquel je participais cette année-là.

Souvenez vous bien de cette signature…

Quand on entre sur son territoire, on est saisi, transi… Là bas vous ne regardez pas des photos, ce sont elles qui vous regardent… Un univers stupéfiant où l’atmosphère est toute particulière, parfois profonde et touchante, parfois légère et souriante, parfois encore mystérieuse voire inquiétante… Toujours emprunte d’humanité, de force et d’energie.

J’ai adoré personnellement les photos prises dans la rue avec ces personnages d’un autre âge, d’un bel âge… ces regards si plein d’histoires et de sentiments… ces rides si profondes mais si belles, ces hommes et ces femmes d’un jour, d’un cliché, mais dont on se souvient longtemps… L’impression qu’ils nous parlent, qu’ils nous racontent chaque ride, chaque sourire, dans une émotion simple et émouvante.

Il y a aussi ces photos artistiques, à la mise en scène, réaliste et perfectionniste. De la danseuse vaporeuse et féérique au kite-surfeur fou et déchainé en passant par ces flous ou ces instantanés en mouvement de corrida. Ces ambiances, ces jeux d’effets, de couleurs, de lumière ou de texture sont la signature de cet artiste hors du commun.

Ses amis disent de lui que c’est un passionné accompli dans tout ce qu’il touche, de la photographie aux sports extrêmes. Il se dit autodidacte créatif. Moi j’ajouterais talentueux, surprenant, ingénieux… Ce que j’aime chez lui ? J’ai retrouvé le propre de l’autodidacte : il ne rentre dans aucune case, il a sa propre signature, pas formatée par une école ou un stéréotype marketing.

Et quel parcours ! Moins d’un an après ses débuts en photo et déjà Lauréat du concours Dior 2008 ! Il remporte deux années de suite le concours photo Fnac !! Teisseire, l’Ecole de Ski Française, Twitter et Nitro Snowboarding, entre autres, ne s’y sont pas trompés et lui ont confié l’image de leur entreprise, le temps d’un logo, d’une publicité, d’une identité visuelle…

Un magnifique début de carrière pour Philippe que je vous laisse découvrir au fil de son site, son book ou son FaceBook.

Bonne découverte ! et pour paraphraser Philippe : « J’espère en tout cas que vous trouverez ici un refuge de morale, d’inspiration, de fantaisie, qui vous servira quand le ciel se couvre … »

next page next page close

Mon cote litteraire en 32 questions

Mon cote litteraire en 32 questions

1. Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre apprentissage de la lecture ?

Les chœurs de ma classe : beu é a ba, beu é o bo… et la très surprenante écriture phonétique dont je n’ai jamais compris l’utilité. Je me souviens très bien du fil conducteur de cette année de CP : une histoire d’eau avec une mascotte. Comme Rainman accompagne les enfants d’aujourd’hui, nous avions une petite goutte d’eau qui nous racontait ses aventures dans les lavabos, les torrents, notre verre…

2. Vos lectures préférées, enfant ?

Les « Martine » ont été mes premiers vrais livres dès que j’ai su lire couramment. Ont suivi les « Alice », « Le Club des Cinq » et « Fantômette » trois enquêteurs très différents. J’adorais quand Fantômette aidait le Club des Cinq ou que le Club des Cinq recevait Alice ! Je me souviens d’une chose étrange… Dans un des Fantômette, il y avait deux personnages, Jean Rateau et Pierre Dulac… le deuxième portait le nom et prénom de mon papa et que le premier portait le nom et prénom de son meilleur ami… bizarre… Ce jour là, j’avais sauté dans toute la maison heureuse d’avoir un papa célèbre et persuadé qu’il appartenait à la CIA !! … mais je m’éloigne… Et puis il y a Marcel Pagnol. A dix ans, j’ai lu tous les tomes de Pagnol d’une seule traite en un été. Mes parents étaient très inquiets car je refusais toutes les autres activités. Ils me forçaient à fermer mon livre à 21h, mais je lisais en douce à la lumière de la lune jusqu’à pas d’heure.

3. Aimez-vous la lecture à haute voix ?

Uniquement pour raconter des contes à mon fils. J’adore prendre différentes voix comme Marlène Jobert. En revanche, mes lectures, je les vis intérieurement (on a déjà l’air un peu dérangé quand on parle dans une oreillette, alors vous imaginez…)

4. Votre conte préféré ?

Enfant, j’ai beaucoup aimé « Les lettres de mon moulin » d’Alphonse Daudet. Mais mon plus beau conte, je l’ai découvert à l’âge adulte : les 4 tomes de « Arthur et les Minimoys » de Luc Besson. Et bien sur j’ai adoré le film que j’ai vu bien après !

5. La meilleure adaptation d’un roman ou d’une pièce de théâtre ?

Mon rapport à la littérature passe souvent par le cinéma : je vais voir toutes les adaptations des livres que j’ai lus et je lis à coup sûr le livre tiré d’un film que j’ai aimé. Je n’ai jamais aimé les vieux films de Pagnol en noir et blanc, je trouvais la caricature trop caricaturée justement. En revanche, j’ai a-do-ré « Le château de ma mère » et « La gloire de mon père » version 1990 revus par Yves Robert. J’ai trouvé cela très fin, très délicat et authentique par rapport à l’œuvre. Dans un autre registre, la version film de « La ligne verte » de Stephen King est excellente. En revanche, je n’ai pas du tout aimé le « Da Vinci Code » version ciné alors que j’ai adoré le livre de Dan Brown !

6. Apprenez-vous par cœur certains poèmes, répliques de théâtre, extraits de romans ?

Plus depuis le lycée. Mais je me souviens encore par cœur de « la Chanson d’automne » de Paul Verlaine… et de « Demain, dès l’aube… » de Victor Hugo, deux poèmes qui avaient touché ma sensibilité d’ado.

7. Avez-vous des livres ou des magazines dans vos toilettes ?

Oh ! Oh ! Je croyais qu’on faisait des mots croisés aux toilettes ?? 😉

8. Avez-vous plusieurs lectures en chantier ? Combien ? Lesquelles ?

Je n’ai jamais réussi à lire plusieurs livres en même temps, je ne pensais même pas que cela se faisait ! Sauf peut être pour des profs de lettres.

9. Le poète que vous ne cesserez jamais de relire / de vous réciter ?

Dire que je ne cesserais jamais de les lire est peut être un peu fort… Je dirais que je pourrais relire avec plaisir « Les fleurs du mal » de Baudelaire, Ah ! et Maurice Carême aussi.

10. Le livre que vous avez lu le plus rapidement ? Le plus lentement ?

Le plus lentement ? Tous les classiques : Zola, Proust, Balzac… pour certains j’ai même abandonné en route. Je n’aimais pas le classique, mais bon, études obligent… Celui que j’ai lu le plus rapidement ? « Bazaar » de Stephen King. J’en ai oublié de manger, de dormir, 678 pages avalées en une traite… commencées le samedi matin et terminées le dimanche à midi (ça tombait bien les invités arrivaient !) Le lendemain je remettais ça avec « Misery », lu dans la journée. Je dois faire des crises de boulimie littéraire…

11. Préférez-vous les éditions de poche aux originales ? Pourquoi ?

Je ne lis jamais en édition de poche, j’aime les beaux livres. Ca ne s’explique pas, c’est beau un livre en édition originale non ?

12. Le(s) livre(s) que vous ne rangez jamais dans votre bibliothèque et qui traînent toujours ?

Celui en cours. Il me suit partout où je suis (sauf aux toilettes et dans la cuisine)

13. Quel est votre rapport physique à la lecture ? Assis ? Couché ? Debout ?

Debout sur le quai d’une gare, assise dans les salles d’attente, au soleil dans mon transat, mais surtout couchée avec une lumière douce et dans le silence total.

14. Vos lectures sont-elles commentées, crayon en main ?

Ja-mais ! C’est trop beau un livre… Pour moi c’est un sacrilège ! J’aurais l’impression de le souiller, de manquer de respect à l’auteur. Même au lycée, je n’y arrivais pas et on se moquait de mes petites fiches. Maintenant, je n’ai pas (plus) besoin de commenter mes lectures. Je lis pour le plaisir, pour m’évader, pour rêver… Je ne lis jamais d’essais, pas (plus) de philo (sauf un jour, je reprendrai Confucius) et professionnellement cela se passe sur Internet.

15. Offrez-vous des livres ?

Non mais j’en recommande très souvent. C’est difficile d’offrir un livre, à moins de très bien connaître la personne.

16. La plus belle dédicace, que ce soit de l’auteur ou de la personne qui vous l’a offert ?

Ça je vous en parlerai un jour parce que cela fait partie du domaine du futur ! J’ai envie de lire un certain livre (commande en cours) d’un certain auteur et je vais tout faire pour avoir sa dédicace. Bon… ça va pas être facile car c’est une célébrité et il va falloir que je l’approche à nouveau (oui oui je l’ai déjà rencontré !).

17. Quel est votre rapport sensuel au livre ? (Odeur, texture,…)

Esthétisme. La beauté de la couverture. Le toucher des matières. C’est d’ailleurs pourquoi je préfère les éditions originales en couverture cartonnée ou rigide avec jaquette. L’illustration est importante aussi, voire essentielle (mes préférées sont celles d ‘ « Arthur et les Minimoys ») Je me souviens de mon émerveillement devant la collection de mes parents « des Pléiades » version cuir et papier « bible » (soie ?).

18. Quels sont les auteurs dont vous avez lu les œuvres intégrales ?

Marcel Pagnol, Ernest Hemingway, Edgar Poe, Dan Brown et JK Rowling dont je ne lis jamais les Harry Potter avant la sortie du film. Et mon préféré, Stephen King, dont j’ai tous les livres sans exception mais je ne les ai pas encore tous lus.

19. Un livre qui vous a particulièrement fait rire ?

Sans hésiter les livres d’Agnès Abécassis (une passionnée de Stephen King elle aussi !) : « Tribulations d’une jeune divorcée » et « Au secours il veut m’épouser ». Elle a une écriture très vive, caustique, décalée, enjouée.

20. Un livre qui vous a particulièrement émue ?

« Au nom de tous les miens » l’histoire de Martin Gray m’a retournée. J’avais vu le film de Robert Enrico et j’ai lu le livre dans la foulée. Pareil pour le livre/film « La Banquière » avec Romy Schneider.

21. Le livre qui vous a terrifiée ?

Tous les Stephen King sont terrifiants !!! Mais celui qui l’est le plus pour moi n’est pas un Stephen King. C’est « Survivants » qui raconte l’histoire véridique du crash, dans les Andes dans les années 70, de l’avion qui transportait l’équipe de rugby d’Uruguay… leur survie par l’anthropophagie… no comment… Mais il y a aussi « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley et « Un bonheur insoutenable » d’Ira Lewin (auteur du légendaire « Rosemary’s baby »)… très heureuse que l’an 2000 n’ait pas vu de tels changements ! Dans un autre registre : « Je porte plainte » de Roger Ikor (un témoignage poignant d’un père désespéré à la mort de son fils, sur le thème des sectes)

22. Le livre qui vous a fait pleurer ?

« L’écume des jours » de Boris Vian… Un jour je le relirai… un jour… La biographie de Romy Schneider

23. L’avertissement / L’introduction qui vous a le plus marquée ?

Je ne la connais pas par cœur alors je vais la recopier : « Pour Alexandra, mon amie tendre, qui a su, quand le chagrin me submergeait, faire comme il fallait ce qu’il fallait, qui m’a pris la main et m’a ramené, doucement, vers les plages de la paix, vers les rives de la vie » Roger Ikor, « Je porte plainte »

24. Le tire le plus, original, décalé, astucieux ?

« le K » de Dino Buzzati un recueil de nouvelles fantastiques où se mêlent angoisse et humour

24 bis. Le titre le plus marquant ?

« Le sang des anges » de Michael Marshall. Sang… Anges… deux mots que tout opposent et qui préparent à la violence de l’histoire.

25. Décrivez votre bibliothèque ?

Ma bibliothèque est dans mon bureau. Les livres y sont rangés par catégories, par ordre croissant de grandeur (ne vous moquez pas !) voire par couleur (ça y est vous vous moquez …) Trois étagères avec tous les livres fantastiques : Narnia, Eragon, Harry Potter, Arthur et ses Minimoys, Magyk… les plus belles couvertures, des tranches énigmatiques. Sept étagères avec uniquement les Stephen King, des couvertures rouges avec titres dorés et puis soudain… des livres noirs avec des titres dorés (mais pourquoi avoir tout à coup changé ?? ils étaient pas beaux en rouge ?) Un autre rayon « divers » qui auparavant abritait toute la collection pour enfants : des Walt Disney (60) et les « Drôles de petites bêtes » d’Antoon Krings qui trônent dans la chambre de mon fils depuis qu’il sait lire. Sur les étagères de mon bureau, les livres pratiques : Code du Travail, de la Copropriété, le guide de l’homéopathie, les dicos, les modèles de correspondance, « choisir un prénom », Harrap’s Italien…

26. Les livres dont vous vous êtes finalement débarrassé ?

Ceux que je n’aime pas. Je les donne à une maison de retraite ou un hôpital, une fois par an. Quelques livres pour les 3 – 5 ans que mon fils a souhaité offrir à son ancienne école maternelle.

27. L’endroit le plus insolite ou vous lisez ?

Chez un client ! Quand je pars en déplacement, mon livre me suit dans mon (grand) sac à main. Un jour, j’attendais mon client depuis déjà 30 bonnes minutes quand il m’appelle pour me dire qu’il aura 2 petites heures de retard (c’est quoi des petites heures ? 59 minutes ?). J’ai sorti mon livre et j’ai bouquiné dans la salle d’attente sous les regards éberlués des hôtesses d’accueil. J’avais quand même épluché leur News Letter durant les 30 minutes précédentes !! Quand le client est arrivé avec donc plus de 2h30 de retard, il m’a félicité pour mon choix de lecture (« Anges et Démons » de Dan Brown) et m’a conseillé « Deception point » du même auteur.

28. Il ne vous reste que trois jours à vivre : que souhaitez-vous lire ou relire ?

« Chroniques Martiennes » de Ray Bradbury. Un bon souvenir d’enfance

29. Votre livre d’art préféré ?

Je ne lis pas ce genre de livre

30. La bibliothèque idéale ?

Je n’ai pas d’idéal. Une bibliothèque doit vous ressembler, doit refléter ce que vous aimez. C’est le cas de la mienne. Aucun livre que je n’aime pas.

31. L’incipit (première phrase) qui vous a le plus marquée ?

Voir question suivante

32. La clausule (dernière phrase) qui vous a le plus marquée ?

Dans « Je porte plainte », Roger Ikor écrit cette phrase : « Je porte plainte au nom de l’avenir qui crie au secours. » Peu importe que ce soit la première ou la dernière, ou peut être la seconde ou l’avant dernière… elle est restée gravée.

J’aimerais dédicacer ce billet à Pierre Ligny, mon professeur de Français en 4ème, à qui je dois ma passion littéraire. Tandis que dans les autres classes, on lisait Zola, Proust ou Balzac, lui nous faisait découvrir Aldous Huxley, Dino Buzzati, Ray Bradbury, Ira Lewin, Albert Camus, Edgar Poe… et tant d’autres. Merci !

next page next page close
thumbnail Avec Thomas Allen les livres prennent vie zoom
next page next page close

L’ecole (primaire) de la communication

L’ecole (primaire) de la communication

ou comment me fâcher avec tous les enseignants (et les fonctionnaires) …

Première année de maternelle (ou communément ‘chez les petits’), la communication tourne essentiellement autour de la sucette (appelée aussi sussu ou tutute) : a perdu sa sussu, fait que pleurer (à force de parler le langage bébé…). Pour les adeptes du doudou (là, le nom commun est bien arrêté) remplacez sussu par doudou. Quand il n’y a ni sussu, ni doudou, on peut espérer un peu de communication sur d’autres sujets : il a mordu son voisin aujourd’hui !   elle a le nez qui coule (…)  et à part ça ? …

Deuxième année de maternelle (ou communément ‘chez les moyens’), on ne parle plus que sieste (appelé aussi dodo) : la p’tite ne veut plus aller au dodo ! il ne veut pas dormir et il embête tous ses camarades (…) Normal, nous, parents, nous leur disons qu’ils vont à l’école pour travailler ! et ?…

Troisième année de maternelle, la sussu revient en force :  il serait temps qu’elle abandonne sa sussu maintenant !  (attention ! gros risque de perdre la paix ambiante sur fond sonore de succion !). Et, comme là, on est chez les grands, toute la communication est orientée vers la classe suivante, le CP : vous savez au CP, ils ont plus droit au doudou ! bientôt le CP, n’oubliez pas de les inscrire !  (…) à croire qu’elles (ils) ont hâte de passer le relais…

Ne soyons pas mauvaise langue, les enseignants de maternelle ont aussi un langage commun et bien rodé : faudrait penser à faire un bilan orthophoniste. Vous avez pensé à lui faire consulter un orthophoniste ? (…) Du coup, appelez un orthophoniste pour un RDV et vous aurez la même réponse : planning complet ! Un métier bientôt coté en bourse !!

Voilà pour la communication verbale, mais les écoles maternelles sont plus douées pour la communication visuelle, en commençant par les codes couleur : en rose, les ‘tata’ ; en blanc, les ‘cantinières’ ; en ‘tachées de peinture’ les maitresses ; les salles jaunes c’est chez les petits ;  les salles oranges c’est chez les moyens ; les salles vertes c’est chez les grands et le bleu c’est pour les couloirs, enfin le bleu qu’il reste entre les dessins de nos chérubins.

Et il y a aussi l’affichage, qui lui se résume à un mot… beurk… poux ! Les poux sont arrivés ! Attention ! les poux ont attaqué la classe ! Pensez à traiter vos enfants contre les poux ! (…)

La communication d’une école primaire, elle, est primaire, plus présente, orientée et passe essentiellement par deux supports : l’affichage et le cahier de correspondance.

Dehors, dans le tableau vitré, les informations importantes : Mr le Directeur ne reçoit les parents QUE le mardi de 9 à 10 et le jeudi de 13 à 14 (facile pour nous…) moi j’aurais aimé Chers parents, j’aurais plaisir à vous recevoir tous les mardis de 9 à 10h et jeudis de 13 à 14h sans rendez vous. Mais bien sûr il est toujours possible de me rencontrer sur rendez vous à d’autres moments. Le Directeur, Mr Aimable Disponible.
Il y a aussi les messages de l’Entreprise ‘Nourriture en Vrac ‘ : aujourd’hui changement de menu : les roulés de dinde sont remplacés par des cordons bleus (avec les mêmes dindes ?)  Important les changements de menu… et puis les informations des parents d’élèves (là rien à dire)
J’oubliais ce gros panneau aux couleurs de la mairie qui nous rappelle que la mairie investit notre argent dans la réfection de notre école.

Et puis il y a un panneau pour les grosses urgences : GREVES le mardi 7 octobre (déjà !!!) pas de cantine, pas de repas froids, pas de garderie (mais quand même des enseignants cette fois ci…) moi j’aurais préféré : en raison d’un mouvement de grève national, pour défendre…., nous vous informons….
Celui-là il est écrit en rouge pour bien attirer l’attention. Faut bien ça, vu que l’affiche est généralement mise la veille au soir (et le matin même on scotche le préavis et les numéros à contacter pour le service minimum… ça manque encore un peu d’organisation…) Ce panneau-là, c’est un peu comme les radars… on a envie de le caillasser.
Tentative de communication verbale :

Vous faites grève pour quelle raison ?

ché pas, on fait grève comme tout le monde

Prenons maintenant le cahier de correspondance : première information distribuée… avant même le nom de l’enseignant… le calendrier des vacances scolaires !! (ah… réputation, quand tu nous tiens !!) suivi de très près par l’annonce de la  grève du 7 octobre  (et c’est parti !! vous croyez qu’ils auront assez d’un cahier de 92 pages ???)

La communication du primaire passe aussi par une réunion d’information en début d’année. Une heure et demie à entendre parler de programme scolaire et de nos enfants monstres… Oui parce que cela fait à peine une semaine que vos chérubins ont repris leurs cartables que déjà : du jamais vu ! une classe indisciplinée comme jamais ! de mémoire de maîtresse elle n’a jamais vu cela ! (…) Alors on n’a pas la même mémoire… Que disiez-vous l’année dernière ? la même chose ! et l’année d’avant ? Encore et toujours des monstres ! Et il y a 37 ans la mienne disait déjà ça, et celles d’y il a 36 et 35 ans… Une heure et demie à entendre un discours négatif sur nos enfants, qui sont tous des menteurs, des voleurs, des violents, des bavards… ils ont tous des lacunes… mais qu’avons-nous fait ?!?

Et puis cette année, une nouveauté : le soutien scolaire et la fin de l’école le samedi… vaste sujet de la part d’un enseignant… alors… elle, elle n’aurait pas fait comme ça… lui, il nous précise bien que ce ne sont pas les enseignants qui ont demandé l’annulation de l’école le samedi mais les parents d’élèves et il nous le répète 3 fois pour bien se déculpabiliser… elle, elle insiste bien sur le fait qu’elle a moins le temps pour faire le programme… lui nous précise qu’en plus le programme a été alourdi… et elle de surenchérir avec l’éducation civique. Vous vous rendez compte ? ils doivent faire de l’éducation civique… souvenez vous ma p’tite dame, nous avions tous de l’éducation civique de notre temps, non ? Et nous voilà partis dans une suite de mots : inspection académique, gouvernement, ministre… Et là je dis STOP ! pas de communication politique au sein d’une école, pas de prise de position et j’ose espérer que cette communication là elle restera entre adultes…

Conclusion ? de la communication primaire, négative, axée, vous l’aurez compris, sur les revendications, les vacances et les grèves… (et les orthophonistes) avec une parenthèse pour l’indiscipline de nos graines de montres. Pas sympa ? ben non… c’est l’image qu’elle donne, l’image que j’ai, que nous avons tous, parents d’élèves à la sortie de l’école, et je précise que notre école fait partie des privilégiées…

Ce que j’aurais aimé ? avoir un discours positif d’une maitresse qui va tout mettre en oeuvre pour que ses éléves comblent leur retard, qui a à coeur de leur apprendre le respect et les droits et devoirs civiques, qui reconnaisse que c’est dur pour un enfant de 6 ou 7 ans de rester 6 heures statiques sur une chaise qui plus est après 2 mois de vacances, mais que cela ira mieux dans quelques semaines… est-ce si difficile de positiver ?

Et je ne vais pas vous rassurer… Ce billet a été écrit en 2009, deux ans ont passé et la communication est pire aujourd’hui… Une communication à hérisser le poil, dont je vous parle très bientôt. En attendant, j’ai demandé un entretien avec la Directrice et elle me retourne une CONVOCATION pour demain matin 🙁 je sens que cela va alimenter mon moulin….

next page next page close

15 ans chez Pagnol

15 ans chez Pagnol

Trente années de grisaille parisienne… Trente années de costumes trois pièces et cravates grises, d’attachés case et d’imperméables gris, de couloirs de Métro et de pots d’échappement gris (…) Et un matin j’ai dit STOP ! J’ai démissionné et je suis venue ici, à Marseille, au soleil, un 15 aout, il y a quinze ans déjà.

Et là, l’impression de me réveiller… Aux couleurs d’abord, du jaune, du orange, du turquoise, du parme des rues, des bâtiments, des vêtements chamarrés et gais, reflétant le soleil et la bonne humeur. Aux senteurs ensuite d’aïoli, de lavande, d’olive, de fougasses, de poissons, de pizzas d’une Provence gourmande qui ne me fera toutefois jamais oublier le bon pain et les croissants parisiens, mais où l’entrecôte frittes cède sa place au filet de rouget et poivrons grillés. Aux sonorités enfin, de l’accent chantant et pagnolesque, des cigales (les cigales n’ont pas d’accent hein !), des mouettes (elles n’ont plus) et malheureusement celui des canadairs en été…

Quand je suis arrivée ici, ma chance a été de pouvoir m’installer dans un appartement en bordure de colline avec une vue imprenable sur les quartiers sud de Marseille, le Stade Vélodrome et la mer. Une situation introuvable sur Paris, être au cœur de Marseille, mi ville mi campagne. Se lever le matin au chant des oiseaux, des cigales, avec 364 jours de soleil par an (par solidarité je laisse un jour de soleil à Paris) ça donne de la bonne humeur pour la journée.

Découvrir Marseille pour une Parisienne c’est aussi aller au-delà des clichés, des clivages, des railleries footballistiques (ça tombe bien moi c’est la F1 !), des moqueries sur mon accent (même si au bout de 15 ans on m’en parle encore !)… Découvrir une ville où l’intégration est visible de quartier en quartier, où la passion est chaude les soirs de foot justement, mais aussi dans les débats politiques ou lors des manifestations.

L’impression d’être en vacances toute l’année alors que d’autres économisent onze mois durant pour quelques semaines chèrement acquises après des kilomètres de bouchons… Un autre rythme de vie vite adopté croyez moi ! Prendre le temps de se promener au bord de la mer même en hiver, découvrir les pinèdes sauvages, l’arrière pays, les calanques … et la montagne à peine à 2h. Un jour un vieux marseillais qui me voyait courir pour lui rendre un document dans les temps me dit « hé bé petite ! tu sais dans le midi on a une devise ? tout doucement le matin, pas trop vite l’après midi ! alors ne cours plus ! » et il ajoutait « ouh ! ils sont fatigants ces parisiens ! »

A cela s’ajoute les atouts culturels : Le Dome, Le Stade Vélodrome qui accueillent des montres de la musiques, des théâtres, un Opéra et un historique à la Pagnol que l’on retrouve partout, dans les cafés du Vieux Port, sur les chemins d’Aubagne, dans les personnages typiques…

Côté cadre de vie donc, rien à regretter, même si je reste une amoureuse de la Défense (et oui !), des quais de Seine, de St Germain, de Montmartre, du parc Montsouris …

Voilà, heureuse d’être à ici depuis maintenant 15 ans, à Massilia qui ne mérite pas toujours sa réputation… Je pense souvent que Paris est pour moi comme mon nom de jeune fille et Marseille mon nom de femme mariée, besoin des deux pour exister…

next page next page close

Un tresor (public) de communication

Un tresor (public) de communication

Non, je ne vais pas vous parler de ma déclaration d’impôt qui ne devrait d’ailleurs pas tarder à sonner à la porte… En attendant ce doux moment, j’ai envie de vous parler de mes vacances au Club Med Trésor Public.

Là, je sais ce que vous pensez : la pôôôvre, elle se bât avec contre l’administration et passe ses journées de vacances à la Trésorerie Principale à remplir des formulaires, à justifier de ses revenus! Que nenni ! Je passe bien mes vacances au Trésor Public, tout comme vous au Club Med, pour le plaisir de ma Graine d’ADN et le mien… enfin… jusqu’à ce qu’ils décident de communiquer…

Commençons d’abord par planter le décor :

Ici, dans le midi, c’est tempête de ciel bleu tous les jours. L’ombre est à 30°. L’eau, elle, avoisine les 22 voire 25°. Les cigales chantent en se moquant des fourmis (pas pour longtemps). Les terrasses des cafés sentent bon le Pastis Ricard Pastis le p’tit jaune et les bouches des enfants (et des grands) sont délicieusement ourlées des restes de glaces italiennes dégoulinantes et tellement bonnes…

Côté plage, c’est l’affluence : les fameux touristes chéris (dont j’étais il y a 14 ans…). Tiens ! les parking ont augmenté pour l’occasion (le péage aussi d’ailleurs). Arrivés sur notre plage préférée, c’est bataille rangée : «attention chéri, ne marche pas sur la serviet… trop tard… pardon Madame » « là maman ! viens vite j’ai une place »… trop tard… adversaire en place avant nous. Les serviettes chevauchent les paillasses, les sacs de plage s’entassent les uns sur les autres et même pas grave si c’est sur un sac inconnu, le principal étant de gagner de la place. Pas de vent… pas de méduses… après midi idéa… « hey ! t’es pas obligé de passer par dessus moi !! » « pardon M’dame !! » « Euh… si ça ne vous dérange pas, j’aimerais bien récupérer ma serviette… si si… c’est MA serviette… de rien, de rien » « mamaaaan ! j’ai fait tomber mon goûter dans le sable ! »

A ce régime, on tient… deux jours ! No more !! Alors, on se rancarde à droite à gauche pour dénicher des bons plans, parce qu’il faut bien l’occuper, la Graine d’ADN… Et c’est là que je déniche un petit coin de paradis :

Un complexe sportif, tout neuf, super moderne, dans une commune de l’agglomération marseillaise. Parking gratuit. En haut, des salles de fitness, avec des cardio machins, des vélos trucs… Vous l’aurez compris, ce n’est pas là mon endroit de prédilection. En bas, un concentré de bleu, du carrelage à l’eau : deux bassins intérieurs, un pour les nageurs « olympiques » et un pour les minots (1,30m maxi, avec courant, rivière sauvage, bulles, jets…). Si l’on suit cette rivière, on arrive dehors dans un immense bassin, en forme de haricot, toujours pour les minots, avec des jacuzzis (occupés par les grands), une cascade, des jets… Plus loin des toboggans, des pataugeoires, plein de pataugeoires… Un paradis (surveillé) pour les graines de poissons ! Où poser sa serviette ? Pas de problème, louer un transat (confortable) pour vous toute seule, sans sable, sans être obligée de jouer des coudes.

Oui, mais voilà… Au milieu de tout ce bleu, quelques spots rouges. Vous savez, ce rouge symbolique de l’interdiction ou de la mise en garde : toute sortie est définitive, interdiction de courir, interdiction de fumer, shorts et bermudas interdits, ne pas marcher en chaussures, ne pas manger autour des bassins, transats réservés à la location, tubas et palmes interdits, pas d’enfants sans surveillance, non responsable contre le vol… et patati et patata.

En fait toutes ces consignes sont tout à fait normales, pour le bien de tous, respectons quelques règles. Mais il y a l’art et la manière : vous n’avez pas encore franchi la porte d’entrée que vous êtes agressés par ces placards rudimentaires et agressifs collés sur la vitre d’entrée, puis dans les vestiaires, sur chaque mur, et puis sur chaque surface lisse… et ce n’est rien comparé à l’accueil.

Je ne parle pas des caissières qui sont souriantes, dynamiques et prêtes à vous expliquer le fonctionnement de la carte famille nombreuse ou celle de fidélité. Non, je vous parle de Papa Schultz ! Quand on arrive au Stalag 13 à la caisse, un surveillant vous approche gentiment d’abord, jusqu’à ce qu’il ouvre la bouche : à lire sans reprendre votre respiration

«bonjour ! vous connaissez ici ? vous êtes déjà venus ? » la première fois forcément vous répondez « non » et après cette première fois, je vous assure que vous répondez « oui » avant même que Papa Schultz vous regarde !

« bon alors, soyons clairs ! si vous sortez du complexe c’est définitif, peu importe le motif, peu importe le temps que vous serez resté. Alors vérifiez bien que vous n’avez rien oublié ! Compris ? [Vous comprenez maintenant l’allusion à Stalag 13 ?] Les chaussures sont interdites, même pas de tongs, compris ? Vous devez les enlever dès que vous passez la barrière. Interdiction aussi de garder vos habits à l’intérieur, un paréo à la rigueur mais c’est tout ! [Euh, il faut aussi qu’on se déshabille juste derrière la barrière ?] Vos maillots de bain doivent être décents, pas de string hein Mesdames, pas de monokini, pas de bermuda, pas de short pour vous Messieurs. Surveillez bien vos gamins, même si les bassins sont surveillés, vous êtes seuls responsables de vos enfants, c’est comme les affaires dans vos casiers. Ils ne doivent pas courir [les affaires ou les casiers ?], pas manger non plus, il y a des endroits prévus pour ça, les salles de repos et la pelouse . Les bouées trop envahissantes sont interdites, pas de tubas, pas de palmes. On ne fume pas non plus ! ni dedans, ni dehors, cigarette interdite dans TOUT le complexe ! Compris ?‘ [Mais où est la résistance ??] ah j’oubliais ! dans les salles de repos, il y a des machines qui distribuent des sandwichs, glaces, boissons… Elles ne rendent pas la monnaie ! Alors pensez à faire de la monnaie avant de rentrer parce que nous, on en donne pas ! Vous comprenez on est une piscine pas une banque ! et si la machine ne marche pas, si elle vous a avalé vos pièces sans vous donner votre marchandise, i-nu-ti-le de venir nous faire une réclamation ! cela ne nous regarde pas, ce sont des machines privées, appelez le numéros de tel qui est dessus ! Nous ici c’est le Trésor Public !»

Ah ben voilà ! fallait le dire tout de suite !!!

next page next page close
thumbnail Les oeuvres en papier de Davy et Kristin McGuire zoom
next page next page close

Dans la famille Lolobobo, je voudrais…

Dans la famille Lolobobo, je voudrais…

Môa j’aime pas les chaines et je me laisse pas avoir par ces rituels de spammeurs qui vous font croire que demain un nuage de cendre survolera votre maison si vous ne répondez pas à cette chaine immédiatement ! Mais il m’arrive de faire quelques exceptions, surtout quand celles-ci me donnent l’occasion de vous présenter le spammeur en question.

Et en l’occurrence, aujourd’hui, il s’agit d’une spammeuse pas comme les autres qui, à elle seule, a inventé le concept du « spam d’avis » ! Son avis ? on ne lui a pas demandé et pourtant elle nous le donne, sur tout et tout le temps… C’est chiant de connaitre quelqu’un qui a un avis sur tout :-( mais avec elle c’est hilarant, burlesque et finalement, à chaque fois, on se fait avoir et on est content d’avoir son spam avis…

Je vous invite donc à découvrir le blog de Mme Lolobobo d’Isabelle B. dont je reprends les maillons de la chaine :

Un auteur que j’aime ?

Je suis sûre que vous connaissez déjà Lolobobo ici et ailleurs. Le rapport ? sa discothèque ! (moi aussi je dis ce que je veux sur mon blog, nan mais !) …OK… là, je dois parler bouquins et pas musique… mais voilà… J’écoute la même musique que Mr Lolobobo et je lis les mêmes livres que Mme Lolobobo ! Donc, si je regarde ma bibliothèque, un seul nom sur les tranches : Stephen King ! 7 étagères remplies de terreur, d’ambiance diabolique et de talent fou ! Fan depuis que j’ai 10 ans (oui je sais, mes parents n’auraient jamais du me laisser lire ça… y’a qu’à voir le résultat ! mais c’était ça ou et les OSS117 piqués à mon père et planqués sous mon matelas)

Mon livre préféré ?

Je n’ai pas de livre préféré. Je ressens chaque livre différemment, l’appréciant d’une façon ou d’une autre, pour une raison ou une autre. Si je devais vraiment en choisir un (elle veut mon avis elle l’aura ), cela serait Misery de Stephen King… non les 4 tomes d’Arthur de Luc Besson… non Anges et Démons de Dan Brown… non les chroniques martiennes de Ray Bradburry… non… peut être vous renvoyer à une autre chaine et ses 32 questions ?

Les choses que j’aime ?

Les diamants, les cabriolets, les écrans plasma (c’est bientôt mon anniv’, une image subliminale n’a jamais fait de mal) plus sérieusement, l’argent (bah oui quoi ?) le soleil, les chinoiseries, les voitures, les Ducati, les belles photos, les Doc Martens, celles avec une tête de mort et des roses gravées dessus…

Les choses que je n’aime pas ?

Les vieux machins (non non lecteur ! ce n’est pas pour toi que je dis ça ! reste ! on a dit les choses pas les gens !) les vieux meubles (vous savez ceux que nos parents et grands parents ont acheté tellement chers qu’ils sont obligés de les amortir sur toute une vie et même au-delà) les vieux vêtements, les vieux ustensiles… je n’aime pas non plus les canapés en cuir, les manteaux de fourrure, les sacs bling bling, les voitures break (avec la galerie et l’attelage) et les voitures de kéké (kittées de chez Norauto) les grosses chaines en or (c’est « kéké » qui m’a fait penser)

Voilà donc encore un peu de moi (j’en connais deux qui vont encore gausser) et puis comme il faut surtout pas casser cette chaine sinon Martine Aubry elle pourrait bien revenir d’Inde… je passe la balle @MoiMateo dont une réponse en musique serait sympathique !

Fin du défouloir, vous pouvez éteindre vos PC et reprendre une vie normale ;-)
Quant à toi… Mme Lolobobo, Isa, Iboux ou qui que tu sois… merci du cadeau… le chat la vengeance est un plat qui se mange froid !

next page next page close
thumbnail Les insectes insolites de Mark Olivier zoom
next page next page close

Twitter m’a hadopisee !

Twitter m’a hadopisee !

Date : mardi 12 mai 2009
Localisation : on dirait le sud

Heure : 7h00
Je me lève et et je me sens seule je me dirige vers le biberon de caféine… et je te bouscule, toi ô ma tasse préférée. T’as fait « zip » quand t’as roulé, « bap » quand t’as tourné, « brrr » quand t’es tombée… je ne sais pas ce que t’avais, mais je t’ai retrouvée toute éparpillée.

Heure : 7h15
France3 semble encore endormie… écran noir et silencieux… Sur TF1, grasse matinée ici aussi… Tout à coup éclair vert, chant de cigale enrouée, image distordue… Merci ô toi TV couleur analogique d’anticiper sur le passage au numérique forcé…

Heure : 8h30

Après un calme relativement plat d’une heure… panneau d’affichage sur le portail de l’école « grève des cantinières reconduite de jour en jour tout le mois de mai » Tension 19/6… achat compulsif, direction le supermarché.

Heure : 09h30
Caisse 12. Celle réservée aux CB. Mais elle est où cette fichue CB ? Pas dans mon porte cartes, ni dans mon portefeuille, ni dans les recoins de mon sac… Je le vide sur le tapis, je les entends tous soupirer, taper du pied… Ah ! suis-je bête ! dans la poche de mon jeans… poches vides… l’autre jeans… celui d’hier…

Heure : 11h30
Récupérer ma graine d’ADN et deux autres orphelines pour l’occasion. On ne couuuurt pas ! On ne moooonte pas sur le canapééééé ! à taaaaaable ! C’est bon ? Oui mais ché chaud… Souffle !

Heure : 13h30
Ouf…..

Heure : 14h00
Récréation sur Twitter, ma TwitteuseFav a un problème : à force de chanter faux, il pleut sous son évier… mon TwitterFav me taquine… je me découvre un TwitterPapa. Grain de folie en dérapage contrôlé.

Contrôlé ? Pas par moi mais par Twitter !

@TwitteuseFav cherche un plombier sur Paris. ReTwitting en masse… Quelques hommes âmes charitables… mais aucun plombier. @TwitteuseFav désespérée ne veut pas éponger toute la nuit… Difficile de trouver un plombier sur Twitter alors @NatCordeaux qui vient de s’énerver sur une blogueuse, sur son ex, son dentiste et sur les cantinière lance un Tweet en renfort

@NatCordeaux cherche un tueur à gages / Marseille et @TwitteuseFav cherche un plombier / Paris. Qui arrivera le premier ? Tout ça pour dire qu’à chaque région sa spécialité ;-) … ça va… je rigole !

Heure : 20h00
Connexion à TweetDeck. Et mer*** encore en rade… Connexion à TweetWeb… wouin wouin wouin !!! Alerte Alerte ! Attention alerte niveau 5 ! Panneau rouge en header Account Suspended This account is currently suspended and is being investigated due to strange activity. If we have suspended your account mistakenly, please let us know. See Suspended Accounts for more information

En d’autres termes : mon compte est suspendu pour « activité étrange »

Heure : 23h00
Après création d’un nouveau compte (discret) pour pouvoir naviguer sur Twitter et avertir mes amis de mon problème (vous imaginez, moi d’habitude si bavarde, rester silencieuse pour un temps indéfini… ils auraient pu appeler les pompiers !)

Consultation des conditions de suspension

User Abuse

  • – a large number of people block the profile or write in with spam complaints
  • – aggressive following
  • – imbalanced ratio: the number of followers is small compared to number of people following
  • – misuse of the reply feature
  • – updates consist of duplicate links and/or text
  • – updates consist mainly of links and not personal updates
  • – updates consist of updates poached from others’ timelines, passed off as one’s own

Technical Abuse

  • – updates consist of links pointing to phishing sites, malware, or other harmful material
  • – a large number of accounts is created in a short amount of time
  • – an account is identified as belonging to a spam cluster

Non coupable !

Activité étrange… Journée étrange… comme on lit souvent sur Twitter VDM* ! ou plutôt JDM* ;-) et si on allait se coucher ?

Lendemain matin, 10h40 : mail de SupporTwitter m’annonçant que je suis suspendue pour 30 jours, le temps de faire une enquête qui déterminera s’ils suppriment mon compte… Mon compte à moi, simple Twitteuse lambda, dissipée certes mais pas terroriste, ni spammeuse, ni phishing addict… J’ai la possibilité de répondre à leur mail si je pense que je suis mise en examen par erreur et de leur présenter mes arguments… Me voici donc à préparer ma défense sur une accusation que je ne connais même pas ! Seule hypothèse mes efforts pour développer l’emploi des tueurs à gages…

Non coupable ! Je ne veux pas faire dérailler un train, ni faire sauter mon école TF1, et je ne cherche pas un tueur à gages (je l’ai trouvé) It was a JOKE !!! ne suspendez pas mon compte!!!!

Date du billet : jeudi 14 mai 2009 8h00
Localisation : pas loin des Baumettes ;-)

EDIT du 15/05/09 : Delbius de Twitter a rétabli mon compte… un de mes Tweet m’aurait entrainée dans un nuage de spam… Merci à Twitter d’avoir été aussi rapide !!! Moralité : pensez à utiliser {joke} quand vous dites des trucs pas possible ;-)

next page next page close

D’abord, moi j’aime pas !

D’abord, moi j’aime pas !

J’ai été taguée par mon amie Isabelle B et sa moitié Lolobobo pour répondre à 8 questions sur mon enfance… séquence divan pour récalcitrante… parce que d’abord, môa, j’aime pas les chaînes…

1. Quand vous étiez petite, que répondiez-vous à la question : « Et toi, que veux-tu faire quand tu seras grande ? »

Alors d’abord, j’ai jamais été petite, d’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours mesuré 1m75… Donc quand j’étais grande, j’aurai voulu être colorieuse chez Walt Disney ! Passez ma vie avec des crayons, des feutres et des pinceaux et mettre des couleurs sur ces magnifiques dessins animés que mes parents m’emmenaient voir tous les Noël au Grand Rex… Au grand damne de mes frères et sœurs cadets, je crois que j’ai colorié leurs albums jusqu’à mes 15 ans !!! (15 ans 1m75 et des albums de coloriage… vous voyez le fail?) Jusqu’au jour où j’ai vraiment commencé à dessiner moi-même…

2/ Quels ont été vos BD et dessins animés préférés ?

D’abord, j’aime pas les BD… Je crois bien que j’en ai jamais lues. Par contre je suis une accro de dessins animés. Je ne manquais pas une séance de « ça Cartoon » ou de « Disney Dimanche », Tex Avery était ma super nany et mon amour pour Disney n’a d’égal que celui que je porte à Pixar !

3/ Quels ont été vos jeux préférés ?

Ah bah là on est mal… D’abord mon père devait rêver d’avoir un garçon car il m’achetait que des circuits 24… Quand on m’offrait une poupée qui parle, je la lui donnais illico car il aimait les décortiquer pour trafiquer les mécanismes… J’avais même pas de chagrin quand il ne la remontait pas, persuadée qu’elle allait finir en sèche cheveux. En fait, je ne me souviens pas avoir véritablement joué un jour … peut être au Milles Bornes ou au Monopoly (et encore par la force !)… j’étais une enfant très silencieuse (je me suis rattrapée plus tard sur la tchatche), je lisais beaucoup, je dessinais aussi et bien sur je coloriais ! Du coup, je ne sais pas jouer avec ma Graine d’ADN qui me le reproche souvent 🙁

4/ Quel a été votre meilleur anniversaire et pourquoi ?

D’abord mon anniversaire m’est égal… mon âge m’est égal… Mon âge je le calcule chaque fois qu’on me le demande.

5/ Qu’est-ce que vous auriez absolument voulu faire que vous n’avez pas encore fait ?

D’abord j’fais ce que je veux… Bon y’a bien un truc… mais non… sinon… non plus… ah si ! J’aimerais aller en Australie… Dès qu’une autoroute sera construite, j’irai !!

6/ Quel était votre premier sport préféré ?

D’abord j’aime pas le sport… ça casse les ongles, ça pu, ça crampe, ça déstresse, ça me complexe… Mais j’avoue que mon caractère je l’ai (un peu) forgé sur des canassons récalcitrants au sport eux aussi ! 10 ans d’équitation ça devrait suffire comme BA non ?

7/ Quelle était votre première idole de musique ?

D’abord j’aime pas les enfants la chanson pour enfants, Chantal Goya, Dorothée ou Henry Dès (…) me hérissent le poil ! Ma première vraie passion pour la musique s’est faite avec Queen. C’est aussi le groupe que j’écoutais (avec Sting) durant ma grossesse. Et devinez qu’elle est la première chanson qu’a chanté Graine d’ADN ? We Will Rock You 😉

8/ Quel a été votre plus beau cadeau de Noël que vous ayez reçu ?

D’abord j’aime pas Noël… Je n’aime plus, devrais-je dire… Les aléas de la vie, des êtres qui vous manquent… Quand j’étais petite enfant, je rongeais mon frein parce qu’on ne faisait jamais cas de l’anniversaire de mon père qui tombait le lendemain… anniversaire, noyé dans les festivités de Noël… Quand j’ai eu l’âge de lui offrir mes propres cadeaux, j’attendais Noël pour une seule raison, en dehors des gambas et du foie gras… lui offrir son cadeau. Et j’étais plus occupée par cela que par Noël… Aujourd’hui, Noël est juste une douleur profonde…

C’est bon Willy Wonka, tu peux sortir maintenant…

Je dois vraiment taguer une pauvre innocente victime ? @LittleDaewoo pardonne moi…

next page next page
thumbnail MTO street artiste francais article post

Philippe Echaroux, un instantane de talent

Philippe Echaroux, jeune photographe, concepteur & publiciste marseillais et...
article post

Mon cote litteraire en 32 questions

1. Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de votre apprentissage de la lecture ? Les chœurs de...
article post
thumbnail Avec Thomas Allen les livres prennent vie article post

L’ecole (primaire) de la communication

ou comment me fâcher avec tous les enseignants (et les fonctionnaires) … Première...
article post

15 ans chez Pagnol

Trente années de grisaille parisienne… Trente années de costumes trois pièces et...
article post

Un tresor (public) de communication

Non, je ne vais pas vous parler de ma déclaration d’impôt qui ne devrait d’ailleurs...
article post
thumbnail Les oeuvres en papier de Davy et Kristin McGuire article post

Dans la famille Lolobobo, je voudrais…

Môa j’aime pas les chaines et je me laisse pas avoir par ces rituels de spammeurs qui...
article post
thumbnail Les insectes insolites de Mark Olivier article post

Twitter m’a hadopisee !

Date : mardi 12 mai 2009 Localisation : on dirait le sud Heure : 7h00 Je me lève et et...
article post

D’abord, moi j’aime pas !

J’ai été taguée par mon amie Isabelle B et sa moitié Lolobobo pour répondre à...
article post